Chargement...
Chargement...

En cas de bonheur de David Foenkinos

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 26/05/2015
Un lecteur, rêveur ou passionné, laisse souvent son esprit vagabonder au fil des allées. Entre la foule d’éditeurs, les nombreux auteurs et les séances de dédicaces de personnalité inconnue au bataillon, on ne sait pas (ou plus) donner de la tête au Salon du Livre. Pour ceux qui n’y auraient encore jamais pointé le bout de leurs nez, enfilez vos plus belles baskets et laissez-vous entrainer dans ce monde de découvertes, de surprises, et surtout…d’émotions. C’est le mot qui décrirait le mieux ce livre qui m’a fait tomber des nues. Mon œil fut attiré par la couverture, tel un coup de foudre au premier regard, qui représente expressément bien « Je t’aime, moi non plus ». Deux êtres qui vont dans des directions opposées alors qu’ils savent très bien au fond d’eux qu’ils rêvent de courir l’un vers l’autre. Ce roman, étonnant et détonnant, m’a surprise en me démontrant les côtés magiques de l’amour. Certes, chaque jeune fille rêve de rencontrer son prince charmant telle Cendrillon. Une fois ce stade acquis, de sa belle voix elle pourra chanter « Libérée, Délivréeeeeeeeeee » mais surtout, cette histoire romantique nous démontre qu’un petit coup de pouce (même si vous croyez à une coïncidence) peut nous aider à y voir plus clair. C’est le cas de la romance que partagent Jean-Jacques et Claire. Mariés depuis de longues années, ils ne savent plus quels chemins emprunter pour pimenter leur relation, à moins que la routine soit leur seul échappatoire. Une séparation qui répond à leurs questions. Et surtout, qui interroge le lecteur, en le laissant parfois perplexe devant les situations rocambolesques. Espion, détective, les deux tourtereaux sauront faire preuve d’inventivité pour pister l’être aimé. Souhaitant enquêter sur leur moitié, ils se retrouvent surtout pris au piège par leurs stratagèmes respectifs. Je vous laisse en découvrir le dénouement ! Un seul indice peut être, ou encore un avertissement : Prenez garde, vous ne verrez plus les hamacs de la même manière ! Delphine CRETON