Chargement...
Chargement...

En vrille, de Deon Meyer

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 20/04/2016
J’ai pu lire ce roman grâce à ma mère qui me l’a offert très récemment. Il s’agit du dernier roman de Deon Meyer « en vrille » sorti en janvier 2016 aux éditions Seuil Policiers. Genre pas tout à fait nouveau pour moi, mais auteur inconnu de mon répertoire ! En lisant la 4ème de couverture, je suis agréablement surprise d’apprendre que Deon Meyer est Sud-Africain, qu’il en est à son 10ème best-seller, qu’il est mondialement connu, qu’il aime la moto, la gastronomie, la France et plus spécialement les vignobles français et bordelais ! Il ne m’en faut pas davantage pour me lancer dans la lecture de ce roman de 456 pages traduit de l’afrikaans en plusieurs langues, dont le français par Georges Lory. Une tempête, comme on en voit de plus en plus souvent, due nous dit-on au dérèglement climatique, éclate au-dessus de la région du Cap en Afrique du Sud. Des trombes d’eau s’abattent en quelques minutes sur les dunes près de Parksland découvrant le corps d’un homme d’une trentaine d’années. Très vite le nom d’Ernst Richter est apparu comme étant la mystérieuse victime. Disparu depuis quelques mois, ce golden boy, créateur d’une start-up plus que douteuse, dont le fonds de commerce est la création d’alibis permettant de tromper plus facilement son conjoint est clairement identifié. Les Hawks, « faucons » en anglais, une unité spéciale de police chargée de combattre la corruption et le crime organisé va donc enquêter sur les clients que Richter faisait chanter. Tout est vérifié, contrôlé : les portables, les relevés de comptes, les employés, tout est minutieusement conduit, mais les inspecteurs sont dans l’impasse. M Bali, la commissaire en chef de cette équipe s’interroge. Son meilleur enquêteur, Benny Griessel, qui avait pourtant réussi à se sortir de ses problèmes d’alcool vient de replonger. Incapable de gérer sa colère suite au suicide de son collègue policier, il risque désormais de détruire sa carrière et sa famille. A-t-elle fait le bon choix en confiant cette enquête très complexe à l’inspecteur adjoint Cupido ? Tout au long de cette difficile enquête, Cupido va le prendre sous son aile et l’aider à surmonter ses vieux démons. C’est finalement Griessel, dans un moment de lucidité, qui trouvera la solution finale. Parallèlement à cette enquête, François du Toit, viticulteur à Stellenboch est accusé du meurtre. Il raconte à son avocate comment, au bord de la faillite, il en est venu à fabriquer en grande quantité du faux Laffitte pour le compte de la mafia chinoise. C’est l’histoire dans l’histoire qui court sur trois générations, elle façonne ce récit et donne une réelle densité à ce roman. Les personnages sont fragiles et attachants. « En vrille » est un thriller palpitant. Il foisonne de détails sur le monde viticole et l’économie sud-africaine, de l’avant et après Mandela. Il nous transporte, nous tient en haleine. Excellent, à lire absolument ! Kimberley Guyot