Chargement...
Chargement...

Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, par Guillaume Baroni

446_le-petit-prince-d-antoine-de-saint-exupery-par-guillaume-baroni
Une actualité de Administrateur
Publié le 21/05/2013
Cette année le Petit Prince fête ses 70 ans. Déjà 70 années que des enfants et des parents peuvent enfin mettre des mots sur leurs rêves, et un nom sur leur guide initiatique intergalactique : Le Petit Prince -un petit bonhomme tout à fait extraordinaire-. Notre monde n'est-il pas en effet composé d'une multitude d'univers obscurs et incompréhensibles, au sein desquels seule une âme d'enfant peut y révéler la lumière ? A cette question, Antoine de Saint-Exupéry répond par l'affirmative : "Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c'est fatiguant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications". Quel est donc cet éclairage que nous apporte la candeur d'un enfant aux boucles d'or ? Découvrir ce qui est conforme à l'étiquette en présence d'un roi compréhensif mais pas pour le moins indulgent, Connaître la vanité mais savoir se détacher de toutes admirations et acclamations inutiles, Descendre en profondeurs dans le chagrin des hommes qui s'oublient pour oublier qu'ils existent, Comprendre que les chiffres ne sont pas tout ce qui compte, et que l'argent et la finance ne sont finalement que des chiffres, Prendre conscience que le travail pour autrui est noble, mais qu'il ne faut pas s'oublier dans ce processus routinier, Savoir que les choses sont éphémères, mais reprendre courage et partir en avant. Voici donc une grande part du périple initiatique. Mais si l'on croyait que notre histoire s'arrêterait là, on se trompe. Le conte philosophique gagne en substance quand le Petit Prince arrive sur terre. La question du suicide, de la différence, de l'amitié, de l'attente puis de la rupture, du but, de la manière de vivre ainsi que de la mort, toutes ces questions sont soulevées. Mais l'espérance domine. Et si par un soir de ténèbres, notre monde nous paraît bien trop triste, il nous suffira de lever les yeux vers les étoiles. La multitude de petites lumières qui constelleront alors le ciel nous réchaufferont des souvenirs et des rires de tous ceux qui s'y sont élevés.