Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (4e édition – billet n°20) 1

102_les-lyceens-ecrivent-aussi-4e-edition-billet-n-20-1
Une actualité de Administrateur
Publié le 30/04/2013

Billet portant sur Quand souffle le vent du nord de Daniel Glattauer

Un de mes livres préférées, sans aucun doute.

En voulant résilier son abonnement à un magazine Like, Emma Rothner se trompe d’adresse mail et l’envoie à un inconnu Léo Leike. Ce dernier lui signale son erreur, Emma s’excuse. Ainsi, s’engage une conversation au long cours entre ces deux individus. Au fil des mois, ils multiplient les échanges de messages et se lient l’un à l’autre de plus en plus intimement. Nous assistons ainsi à la naissance d’un sentiment amoureux moderne entre un homme et une femme qui ne se connaissent pas. Ils deviennent totalement dépendants de cette relation secrète et affective tout en décidant de ne rien dévoiler de leur sphère privée respective de la « vraie vie ». Néanmoins, ils cherchent constamment à deviner les secrets de l’autre, à imaginer à quoi il ressemble. Emma et Léo repoussent le moment fatidique, celui de « La » rencontre. Ils préféreraient ne pas y penser car elle représente un risque de se perdre, de briser la magie qu’ils ont construit entre eux. Et pourtant, le besoin de « savoir », l’envie d’aller, peut-être, plus loin, bref la tentation de donner une chance à leur duo dans la vraie vie en franchissant la distance de l’anonymat et du confort des écrans l’emportent. Une première rencontre « à l’aveugle » sera organisée, puis une seconde voulue aussi, paradoxalement, par le mari d’Emma qui n’en peut plus de lutter contre un pur fantasme idéalisé dans le cœur de sa femme. L’étau se resserre, l’heure de vérité approche pour tous et pourtant une dernière pirouette finale maintient le suspens du devenir de ce couple virtuel.

J’ai trouvé ce duo de personnages très attachant, leurs mails étaient parfois drôles, ils étaient angoissés par ce qu’ils vivaient, par les choix qu’ils devaient faire, nous nous posons beaucoup de questions au cours de leurs échanges comme par exemple: vont-ils se rencontrer ? se plairont-ils?...

Léo est quelqu’un de très attachant, gentil, il m’a beaucoup touchée par ses mots, Emma quant à elle, est plus complexe. Au début, son attitude semble bien ambiguë puisqu’elle est mariée et se dit heureuse en ménage, à quoi joue-t-elle donc ? Mais au fil des mails, elle se livre de plus en plus et on comprend pourquoi elle se comporte comme cela : sa situation personnelle n’est pas aussi épanouissante qu’elle le prétend. Mariée à son professeur de musique plus âgé qu’elle et veuf, elle est devenue très jeune une femme et mère de substitution parfaite se coulant dans le moule d’une autre oubliant ses aspirations personnelles.

Par ailleurs, sont très bien décrits les sentiments de chacun, leurs espoirs, leurs craintes, l’attente de plus en plus insupportable lorsque le mail de l’autre se fait désirer mais aussi la jalousie, notamment celle d’Emma lorsqu’elle pousse Léo dans les bras de sa meilleure amie.

Ce roman nous amène à nous interroger sur les rencontres amoureuses à l’heure du numérique. Les modalités de celles-ci connaissent une révolution certaine : la naissance des sentiments ne dépend plus de la vision de l’autre, mieux elle la précède. L’échange de mails renvoie à l’échange épistolaire des siècles précédents avec quelques évolutions notables : la rapidité mais aussi la simplicité et l’aspect moins protocolaire des écrits. Nous sont bien montrées la façon dont Internet favorise l’image fantasmée de l’autre mais aussi la dépendance affective qui s’effectue au fil des échanges, et enfin la peur de la confrontation avec la réalité qui peut briser le rêve de l’homme ou de la femme idéal(e).

La fin ne dénoue rien et je suis très impatiente de lire la suite La septième vague.

Billet de Jihanne Madrassi, étudiante en B.T.S. Assurance deuxième année

Bibliographie