Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°16)

849_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-16
Une actualité de Marilyn
Publié le 26/03/2014
Billet portant sur Tous les matins du monde de Pascal Quignard Monsieur de Sainte Colombe, joueur de viole capable de réveiller les morts, sera à jamais anéanti par le décès de son épouse. Son histoire est marquée par cette perte qui influencera son art. Sa simplicité, son dégoût pour la superficialité, embellissent ses œuvres. Pourtant, cet homme entouré de sa famille paraît froid. Il semble difficile, même pour ses deux filles, d'entrer en communication avec lui : ses gestes sont saccadés, ses émotions n'apparaissent guère sur son visage.  Pourtant, au-delà de cette froideur, Monsieur de Sainte Colombe aime s'amuser avec ses enfants. Il aime rire, vivre à travers elles. Il les aime à sa manière, en leur donnant une bonne éducation, en leur apprenant à jouer de la viole. Le décès de sa femme n'a fait que renforcer le fossé qui existe entre lui et les autres : il est maladroit dans ses expressions, dans ses paroles. La communication, avec des mots, n'est pas celle qu'il utilise. D'ailleurs, la viole apparaît comme son langage, un langage pour les vivants mais aussi pour les morts. Une vie simple et  isolée lui permet de perfectionner son art et de rentrer en communication avec ceux qui l'entourent et notamment son épouse. Aux travers des notes, il la dessine, l'imagine, la sent, la touche. A plusieurs reprises, elle lui parle. Ses apparitions, aussi déchirantes les unes que les autres, lui permettent de continuer à vivre. Marin Marais, fils d’un  cordonnier, surgit un jour chez Monsieur de Sainte Colombe pour apprendre à jouer de la viole. Pour cet homme, la musique est synonyme de gloire, d'or et de reconnaissance auprès de la Cour du Roi. Il utilise les notes de musique comme un instrument pour atteindre ses fins : il sera ambitieux puis obsédé par la gloire. Il utilise les filles du vieil homme pour apprendre les meilleurs adages, les meilleures suites. Il est l'opposé de Monsieur de Sainte Colombe. Celui-ci lui reprochera souvent de ne pas être un musicien, qui ressent, qui entre dans une autre dimension, qui comprend les notes et vit une autre réalité. Madeleine de Sainte Colombe, aveuglée par son amour pour Marais, finira par comprendre l'ambition dévorante de son amant. Elle sera détruite par ce sentiment de trahison : elle s'est donnée à un homme, corps et âme, et s'est rendue compte trop tard que son amour est comme son art : superficiel. Cette déception qui sera suivie par une immense tristesse l'accablera. Son dégoût est retranscrit sur son corps amaigri, mutilé. Marin Marais, plus âgé, après avoir connu les joies, l'illusion de la gloire au sein de la Cour du Roi, souhaite adopter  une vie plus simple et retirée, entièrement consacrée à la musique comme  celle de son ancien maître, Monsieur de Sainte Colombe. Il comprend que sa cupidité ne le fait plus vivre. Il ne veut plus jouer de la musique, il veut devenir musicien. Les si belles pièces de Monsieur de Sainte Colombe, Les Pleurs, Les Enfers, La Barque de Charon,   ne vont pas cesser de l’obséder. Durant trois ans, il se rendra à sa cabane pour tenter d'y entendre les plus beaux morceaux. Cette musique deviendra sa seule raison de vivre. Monsieur de Sainte Colombe, attristé par la mort de sa fille Madeleine, vieillit, souhaite faire partager ses plus belles compositions. Monsieur Marais apparaît tout à coup. Cette scène de transmission mêlant tristesse, beauté, humanité reste la plus émouvante de cette œuvre. Marin découvre la musique, ce langage des Dieux. La futilité de sa vie à la Cour n'est plus qu'un mauvais souvenir. Dans cette vieille cabane, il comprend ce qu'est le partage, la simplicité, le goût de l'art accompli. Sainte Colombe, quant à lui, s'abreuve une dernière fois de son art, reflétant son épouse, son amour, ses émotions. Pour ceux ou celles qui aiment les romans étranges et mystérieux, pour les passionnés de musique baroque, découvrez la rencontre d’un romancier, d’un cinéaste  et d’un musicien virtuose, lisez cette œuvre dépouillée, visionnez le film de Corneau Tous les matins du monde  et écoutez les sons envoûtants, profonds et ténébreux de la viole de gambe de Jordi Savall. Laissez-vous transporter par  cette  histoire  aux sons étranges et pénétrants. Billet de Anaïs LAVA BTS AS2