Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°21)

876_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-21
Une actualité de Marilyn
Publié le 02/04/2014
Billet portant sur Le livre du rire et le livre de l'oubli de Milan Kundera
Les enfants sont sans passé et c'est tout le mystère de l'innocence magique de leur sou rire.
Le livre du rire et de l’oubli permet de se plonger dans l'Histoire de l'après-guerre de ce pays : l'arrivée au pouvoir des communistes en 1948, l'échec du Printemps de Prague en 1968, qui entraîna la fuite de 120 000 tchècoslovaques de leur pays ; 500 000 habitants, essentiellement des intellectuels furent l'objet de purges sévères. Mais ce livre n'est pas qu'un ouvrage militant : il explore la douleur intime de l'exil à travers la très belle histoire de Tamina, qui a fui son pays avec son mari, mari qui est rapidement décédé. Elle lutte contre l'oubli qui s'installe peu à peu en elle et souhaite récupérer les lettres qu'ils se sont envoyés mais qui sont restés dans son pays... une histoire déchirante, qui tourne peu à peu au conte, une histoire très absorbante. Comme son titre l'indique, ce livre porte sur l'oubli : l'oubli qui atteint son père, qui perd peu à peu la parole, l'oubli de son peuple, qui se noie dans la musique. Kundera dénonce ce fait, car les gens vivent comme des enfants, dans un présent éternel. Ils sont manipulés par le pouvoir, qui instrumentalise la musique comme un facteur d'oubli de l'Histoire. Il est aussi beaucoup question de désir, d'érotisme, d'amour, dans ce livre, avec une liberté de ton qui reflète bien les années 70 et la période d’après-guerre. Le livre du rire et de l'oubli est un ouvrage totalement irrésumable car ce sont de petites histoires, ce n’est pas un roman mais plutôt plusieurs petites nouvelles qui se suivent et qui malgré leur totale différence s’assemblent toutes les unes avec les autres. Pour finir je dirais que cet ouvrage est magnifiquement bien écrit alors je vous conseille de le lire au plus vite. Un moyen efficace de s’évader. Billet d'Alice FERRAND TSCI1

Bibliographie