Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°6)

762_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-6
Une actualité de Marilyn
Publié le 06/01/2014

Billet portant sur L'empreinte de l'ange de Nancy Huston

L’histoire se déroule en 1957 à Paris. Une jeune Allemande comme absente à elle-même rencontre un flûtiste de renommée internationale Raphaël Lepage qui tombe fou amoureux d’elle et décide de l’épouser. Elle se laisse faire sans éprouver pour sa part le moindre sentiment. Lui multiplie les concerts et donc les déplacements dans le monde entier, elle tombe enceinte, ne mange plus et ne cesse de perdre du poids. La naissance de son fils ne changera rien à l’inertie émotionnelle de Saffie, elle n’éprouve aucun instinct maternelle et parait toujours aussi étrangère à la fois au monde extérieur mais aussi au sien propre. La métamorphose se fera grâce à une rencontre qui, ironie de l’histoire, sera provoqué par le mari de Saffie. R. Lepage demande en effet un jour à sa femme d’aller faire voir son luthier, Andràs. Coup de foudre réciproque entre les deux jeunes gens que tout devrait séparer dans ce Paris d’après-guerre, elle étant allemande, lui juif hongrois émigré. Par cet amour, Saffie semble enfin naître à la vie, aux sentiments, elle devient mère et amante. Tous deux se racontent leur enfance marquée par des traumatismes dus à la guerre, Saffie multiplie les visites chez le luthier toujours de façon clandestine. Mais le jour où Raphaël voit Andràs porter le parka de son fils, l’idylle vire à la tragédie qui n’épargnera personne.

            Ce roman est simple et surtout très agréable à lire. Une fois commencé, il est très difficile d’arrêter la lecture tant on a envie de savoir la suite de l’intrigue. Celle-ci est parsemée d’épisodes rétrospectifs qui permettent de mieux comprendre le comportement des personnages mais aussi de nous rappeler combien les traumatismes de la guerre peuvent détruire des vies des années plus tard comme en témoigne la passivité initiale de Saffie. Nancy HUSTON nous offre un roman poignant sur les différentes formes d’amour, leur pouvoir, le bonheur qu’elles procurent mais aussi leur effet destructeur. La passion est un enchantement lorsqu’elle est partagée mais devient démence destructrice quand elle se vit à sens unique. Et sur ces passions planent toujours l’ombre de la guerre celle de 39-45 comme celle contemporaine en Algérie. L’auteur arrive à nous mettre dans la peau du personnage, de pouvoir comprendre son passé mais aussi de nous faire ressentir l’évolution de ses sentiments. On s’attache ainsi aux personnages tels qu’ils sont sans les juger, on partage leurs joies et on redoute l’ombre du malheur qui plane sur eux et finira par triompher. Tout cela pour dire que ce roman est une histoire touchante, qui nous fait ressentir beaucoup d’émotions et nous permet aussi de nous rappeler certaines périodes sombres de l’histoire. Je vous conseille donc de lire ce roman sans retenue, ce qui vous permettra de vous évader mais aussi de réfléchir sur les comportements humains à la lumière de l’histoire.

Billet de Sonia Bouguès-Cayre étudiante en B.T.S. Assurance première année

Bibliographie