Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°8)

771_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-8
Une actualité de Marilyn
Publié le 06/01/2014

Billet portant sur Le dieu du carnage de Yasmina Reza

Deux couples, Véronique et Michel Houillé ainsi que Annette et Alain Reille ? se retrouvent chez les Houillé suite à une altercation entre leurs enfants car Ferdinand Reille a donné un coup de bâton à Ferdinand Houillé et lui a cassé deux dents. Ils se rencontrent pour essayer de régler à l’amiable la discorde entre leurs deux enfants. Cependant, la discussion principale prend une toute autre tournure et laisse place à des conflits opposant aussi bien les couples entre eux que femme et mari de chaque ménage. En effet, Véronique Houillé défend les droits de l’homme et est contre la violence, parallèlement, Alain Reille est un avocat sans scrupule dont la femme, angoissée et nerveuse, ne supporte plus ses attitudes ; Michel, quant à lui, donne l’impression d’un homme conciliant alors qu’il ne l’est pas du tout.

Cette pièce de théâtre est d’une lecture fort agréable, elle se lit facilement et prête à sourire, voire à rire à chaque page. On se laisse prendre volontiers au jeu de massacre de cette satire qui sait mettre à jour, sous les belles apparences, le côté sombre des êtres : leur violence, leur vulgarité, leur frustration aussi. L’auteur nous propose des personnages aux caractères et aux personnalités très différents. Aucun ne peut être considéré comme le héros et Yasmina Reza montre ainsi que les humains ont des qualités et des défauts et que personne n’est parfait. De plus, le mélange des registres permet de rendre la pièce plus vivante grâce aux discussions variées, aux réparties, aux actes des personnages et rebondissements de la pièce. Je trouve que cette pièce est réaliste car cette situation pourrait bien se passer dans la vie courante. L’auteur met en valeur le fait que les apparences sont trompeuses. Elle veut aussi nous montrer qu’au fond de chacun de nous il y a une certitude d’avoir raison et que cette certitude s’oppose évidemment à celle de l’autre, d’où les débats qui dégénèrent en conflits. Elle nous interroge aussi sur les forces de l’inconscient qui nous amènent à agir et réagir autrement que ce que nous aurions souhaité, à révéler des travers qui nous préférons ignorer, refouler de peur d’écorner la belle image que nous nous faisons de nous-mêmes.

Yasmina Reza fait une critique assez féroce des comportements en société à travers une situation à la base tout à fait banale et nous amène à repenser nos belles certitudes sur nous-mêmes car chacun peut se reconnaitre dans l’un ou l’autre trait de caractère des protagonistes de la pièce. Le rire n’est donc pas gratuit, loin de là, il se fait même philosophique en  car on se rend compte tout au long de la pièce que les conflits et les sujets abordés touchent aux fondamentaux de l’être humain.

Billet de Margot Chaize étudiante en B.T.S. Commerce International deuxième année

Bibliographie