Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (6ème édition – billet n°13)

1309_les-lyceens-ecrivent-aussi-6eme-edition-billet-n-13
Une actualité de Marilyn
Publié le 13/02/2015
Billet portant sur L’île des oubliés de Victoria Hislop hisloplogocondorcet214328Au cours d'un voyage en Crète, Alexis, jeune archéologue anglaise, remet en question son avenir amoureux et essaie d'en savoir un peu plus sur sa famille du côté maternel dont elle ne connaît rien. En se rendant en Crète elle choisit de se rendre à Plaka afin de rencontrer une amie de sa mère qui va lui raconter son histoire. En faisant la connaissance de Fotini, Alexis va découvrir l'histoire d'une famille déchirée par la tristesse, la douleur de l'éloignement dû à la maladie de la lèpre. Elle restera quelques jours à Plaka afin de découvrir le récit complet de cette partie de leur vie passée dont sa mère n'a jamais parlé. Elle découvrira alors que son arrière-grand-mère et sa grand-mère ont vécues isolées de leur famille dans l'île de Spinalonga, qui fut le refuge de tous les lépreux de l'époque. Dans le roman, les paysages grecs sont très bien décrits on pourrait parfois s'y croire, on nous parle des coutumes, de leur style de vie et la dureté de leur quotidien. On découvre un récit instructif, il raconte le fardeau familial que fut la lèpre et il nous permet de découvrir une maladie qui est, à l'époque, très mal connue. L'île était au départ un symbole de désespoir dû à l'isolement imposé à toutes les personnes ayant contracté la maladie, mais tout au long de l'histoire on voit qu'elle devient un symbole d'espoir vu les liens qui se créent entre ses habitants et l'entraide remarquable dont ils font preuve. L’histoire est extrêmement prenante, une fois qu'on commence à la lire, on ne veut plus s'arrêter ! On porte un regard compréhensif sur les habitants de l'île : au début, ils se sentent exclus de la société et, dans cette île étrangère, ils n'ont rien qui puisse les maintenir vivants. Petit à petit, on voit un changement au sein de l'île et on les voit devenir plus actifs, leurs conditions de vie deviennent meilleures, ils ont des activités au sein de l'île auxquelles ils se consacrent de bon cœur, ils obtiennent les vivres nécessaires pour pouvoir vivre dans un minimum de décence, ce qui leur permet d'envisager une fin de vie moins pénible qu'ils l'auraient cru au départ. Malgré le fait qu'on soit totalement transporté dans la vie des personnages principaux, l'histoire reste assez in-crédible par moments, les histoires amoureuses sont assez flagrantes, l'auteur a sans doute un peu trop chargé l’aspect romantique mais qu’importe ! On se laisse emporter avec plaisir. Dans l'ensemble c'est un roman prenant et intense qui permet de mettre en lumière et de vivre de l’intérieur une maladie, de nos jours encore, mal perçue. Très peu de monde comprend la souffrance endurée par les lépreux et dans ce livre on se met a leur place et on se rend compte de leur état accablant qui tous les jours s’aggrave un peu plus jusqu'à la mort. C’est aussi un roman qui nous embarque vers les îles crétoises, nous les fait découvrir et donne une seule envie : nous y rendre pour découvrir ces lieux à la fois sauvages et ensorcelants à l’image de cette mer indomptable d’où émerge cette île mystérieuse et si riche aux sonorités chantantes : Spinalonga. Billet de Marcia Martins, étudiante en B.T.S. Commerce International première année 

Bibliographie