Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (6ème édition – billet n°20)

1343_les-lyceens-ecrivent-aussi-6eme-edition-billet-n-20
Une actualité de Marilyn
Publié le 03/04/2015
Billet portant sur Madame Bovary de Flaubert flaubertFlaubert a dit « C’est un roman sur rien » et en effet quoi de plus banal que cette histoire familiale et familière, celle d’un officier de santé médiocre épousant une jeune fille de riche paysan, éduquée dans la littérature romanesque, qui vire au drame banal de l’adultère ? C’est le récit de ces deux personnages, ils vivent l’un à coté de l’autre sans jamais se rencontrer. Elle a le cœur qui bat pour des rêves d’aventures amoureuses, que même ses amants ne combleront pas. Lui, a le cœur qui ne bat que pour elle, mais un peu fruste et mal dégrossi il la poussera malgré lui dans des aventures désastreuses qui l’amèneront au pire. Alors en quoi ce roman est remarquable? Le talent de Gustave Flaubert c’est de pousser le lecteur dans ses retranchements. Comment peut-on trouver Emma détestable malgré ses caprices et ses enfantillages? Le mal qui l’oppresse n’est-il pas celui que nous ressentons un peu toutes et même tous ? Sa vanité et ses ambitions romanesques à jamais insatisfaites n’est-ce pas plus ou moins les nôtres ? N’avons-nous pas nous aussi tendance à rêver de l’impossible ? Bien plus, le roman de Flaubert prend une résonnance encore plus forte dans notre société consumériste qui nous fait tomber dans une consommation effrénée, pour compenser des carences souvent affectives, spirituelles, et de solidarité oubliée. Même Charles, ce pauvre homme aveuglé par son besoin d’amour et de reconnaissance, finit par attendrir car il nous parle aussi de nous et de toutes nos lâchetés et autres faiblesses. Et comment ne peut-on finalement trouver sympathique, en dépit de toutes ses faiblesses, ce Charles, pauvre homme aveuglé par son besoin d’amour et de reconnaissance, qui nous parle de nous aussi. Certes le miroir que nous présente Flaubert n’est pas particulièrement élogieux mais l’écriture vaut pour son caractère cinglant. Grâce à son talent, il a su rendre intemporelle, cette satire des mœurs de son siècle. Des descriptions faites au scapel, un style épuré, une ironie mordante font de la lecture de cette œuvre un pur moment de bonheur. L’énergie et la pertinence qui se dégagent de cette œuvre, lui ont permis de traverser les siècles sans que cette tragique histoire ne prenne une ride. Mieux la critique que Flaubert fait de la société de son temps peut trouver maint échos dans la nôtre. Billet de Marie-Aude TRAISSAC étudiante en B.T.S. Assurance

Bibliographie