Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (6ème édition - billet n°4)

1259_les-lyceens-ecrivent-aussi-6eme-edition-billet-n-4
Une actualité de Marilyn
Publié le 03/11/2014
Billet portant sur Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt oscarUn enfant de 10 ans, c’est plein de vie, mieux c’est une promesse de vie ! Sauf quand on a 10 ans, qu’on est atteint d’une maladie pourrie, la leucémie, qu’on vit à l’hôpital et que l’on sait ; plus ou moins, qu’on va mourir.  C’est le cas pour Oscar, appelé « Crâne d’œuf » par ses copains de l’hôpital. Pas de misérabilisme car Oscar, avant d’être un malade, est surtout un enfant qui aime jouer et rire. Dans son malheur, une personne va lui permettre de voir un peu la vie en rose. Et cela tombe bien car la « visiteuse » de l’hôpital qui vient le voir s’appelle précisément Dame Rose en raison de la couleur de ses habits et, peut-être, plus subtilement, du bien-être qu’elle diffuse à chacune de ses venues. Préserver la capacité de rêver tout en se libérant de son chagrin et ses angoisses, voilà l’essentiel. Dès le début, Dame Rose propose à l’enfant d’écrire à Dieu, pour se sentir moins seul, pour qu’il puisse raconter ses journées et avoir la capacité d’exaucer un vœu chaque jour. Vivre sa vie, toute sa vie de façon accélérée afin de connaître malgré tout les différents bonheurs de chaque âge tout en acceptant, l’heure venue, sa mort comme l’aboutissement d’une vie bien remplie. Pour cela, elle lui propose un jeu : un jour = dix ans. C’est-à-dire qu’au 19 décembre, il a dix ans, au 20 décembre il a 20 ans, jusqu’au jour où il a 110 ans. L’idée de la mort devient alors plus acceptable. Et il y a urgence car en dépit des joies de la présence de Dame Rose, personnage féérique et ancienne catcheuse, de son amitié amoureuse avec Peggy Blue « l’enfant bleue », atteinte d’une maladie cardiaque, il va apprendre en écoutant aux portes que la maladie gagne du terrain, la dernière opération étant un échec. Vient Noël, jour de naissance, jour de joie après le chagrin, jour de délivrance aussi… Ce livre est très fort : facile à lire, il est émouvant. Il nous fait rire et pleurer, nous ouvre les portes d’un monde qu’on ignore trop souvent, celui du quotidien hospitalier des enfants malades. Il nous montre aussi que même dans les situations les plus tragiques, il reste toujours de la place pour la tendresse, la joie, l’amitié, bref l’humain. Je le recommande à tout public, des plus jeunes aux plus anciens, notamment aux familles ayant subit une histoire similaire. Billet de Marie Jego, étudiante en B.T.S. Assistante de Manager première année 

Bibliographie