Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (6ème édition - billet n°5)

1262_les-lyceens-ecrivent-aussi-6eme-edition-billet-n-5
Une actualité de Marilyn
Publié le 03/11/2014
Billet portant sur Où on va papa ? de Jean-Louis Fournier fournierOù on va papa ?, est un témoignage touchant de l’auteur Jean Louis Fournier, c’est aussi une lettre d’amour à ses deux enfants atteints de grave handicap. « Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d’une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler de vous avec le sourire. ». Cette phrase de l’auteur résume parfaitement son ouvrage autobiographique, écrit en 2008. Après avoir plus ou moins camouflé l’existence de Thomas et Mathieu, Fournier a voulu leur rendre hommage et révéler la vérité en écrivant ce livre, une jolie preuve d’amour d’un père à ses enfants. Dans ce récit autobiographique, court et très facile à lire, on sent que l’auteur a réellement écrit ce qu’il avait sur le cœur en racontant son quotidien de père d’enfants handicapés, pas toujours marrant. Pour atténuer les circonstances, Fournier fait preuve d’un réel humour noir parfois même sadique. On se retrouve souvent embarrassé devant l’acte accompli, voire gêné par ses mots mais le plus souvent amusé car il rit de ses enfants et se moque de lui-même avec subtilité. L’auteur exprime sa déception de ne jamais avoir vraiment pu communiquer avec ses enfants, ses « petits oiseaux » comme il les appelle, ne jamais avoir pu leur faire écouter de la musique classique, ne jamais avoir pu leur offrir de livres ou ne les avoir jamais emmené au cinéma, comme le font les parents d’enfants « normaux ». Il blague sur ses enfants, ce qui ne fait pas toujours rire les personnes de son entourage, comme le médecin chef de l’institut médico-pédagogique où sont placés ses enfants  ou encore Josée, la femme qui s’occupe de ses enfants, qui ne comprend pas vraiment l’humour de Fournier. L’humour est, cependant, la seule façon pour lui de garder la tête hors de l’eau, de dédramatiser la situation. Pas de chichis dans ses paroles, que du franc parler, c’est pour moi ce qui rend ce récit aussi attrayant et amusant. Ce livre m’a particulièrement touchée et bouleversée, mais le plus souvent amusée et j’ai parfois même rigolé. Ce que j’ai le plus apprécié dans ce bouquin, c’est le ton humoristique, des fois sarcastique, que prend l’auteur pour raconter son histoire, à l’origine plutôt pathétique. Prendre ce livre au premier degré serait une faille, il faut, je pense, savoir l’analyser sous un autre angle, avec beaucoup d’ironie et de légèreté. « Un livre que j'ai écrit pour vous. Pour qu'on ne vous oublie pas, que vous ne soyez pas seulement une photo sur une carte d'invalidité. Pour écrire des choses que je n'ai jamais dites. » Voilà le message touchant de l’auteur à ses deux petits lutins. Un mot : émouvant. Billet de Julia Martinez, étudiante en B.T.S. Commerce International première 

Bibliographie