Chargement...
Chargement...

LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°19

570560_medium.jpg.png
LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°19
Publié le 27/03/2017
LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°19

Billet n°19 de Samantha Pussacq, étudiante en B.T.S. Assurance

Portant sur J’ai décidé de vivre de Philippe Croizon

 

A travers son récit autobiographique, Philippe Croizon nous raconte son incroyable combat.

 

Jusqu’au milieu des années 1990, cet homme menait une vie heureuse et tranquille. Le 5 mars 1994, tout s’écroule, un accident stupide bouleverse son existence. Ce jour-là, alors qu’il démonte son antenne télévision, une décharge de 20 000 volts lui traverse le corps. C’est à ce moment précis que sa vie bascule. La première décharge le tue, une deuxième le ramène dans notre monde. Vacillant entre la vie et la mort, le corps consumé par l’électricité, Philippe est transporté en urgence à l’hôpital de Tours, au service des grands brulés. Commence alors une longue descente en enfer pour lui mais aussi pour ses proches. Afin de pouvoir le maintenir en vie, le corps médical pratique de multiples interventions chirurgicales, lui amputant les deux bras ainsi que la jambe droite. Après deux mois d’état comateux, Philippe retrouve ses esprits. La réalité est alors inacceptable, d’autant plus qu’il faudra lui retirer à nouveau un autre membre, la jambe gauche. Philippe n’a plus qu’une seule envie : mourir ! Puis vint un jour l’électrochoc. Une phrase simple qui prend alors tout son sens. Philippe et sa femme ont un petit garçon, Jeremy, mais attendent également un deuxième enfant. L’amour de ses proches et le désir de se battre pour son bébé vont lui donner le courage d’accepter sa situation et d’avancer. De nouvelles envies et des rêves plein la tête, il se lance alors dans de nouveaux projets.  Transféré dans un centre de rééducation, Philippe détonne dans cet environnement. Sa motivation inébranlable et son courage suscite l’admiration de tous. D’autant plus qu’il n’hésite pas à bousculer les codes. Par exemple, il demande qu’on lui confectionne, en plus de ses bras et jambes artificielles, des prothèses pour nager afin de pouvoir renouer avec sa plus grande passion : la plongée. Généreux et exemplaire, il va redonner le sourire à beaucoup d’autres handicapés et se créer de nombreuses amitiés. Toutefois, rien n’est simple, les difficultés sont immenses et le désespoir jamais très éloigné. Le retour à la vie en société, surtout, s’avère très difficile, la dépression menace. Ceci dit, sa force mentale, le soutien inestimable de sa famille et les nouveaux défis totalement fous qu’il ne cesse de se lancer lui permettent, finalement, d’affirmer, comme un cri de victoire contre le malheur, « J’ai décidé de vivre ».

 

C’est un récit chargé en émotion, l’histoire d’un personnage unique haut en couleur ! Sa vie, sa personnalité, son humour décapant, nous font passer du rire aux larmes.  Il nous livre sans pudeur l’ensemble de ses émotions : douleur physique et psychique, colère, tristesse, impuissance, sentiment d’abandon… Mais aussi et surtout de l’amour, de l’espoir, du courage et de la fierté. C’est grâce à l’aide et l’affection indéfectible de son entourage que Philippe évolue rapidement et retrouve peu à peu l’usage de son corps, sa dignité ainsi que son identité.

 

C’est aussi un cri de révolte qui dénonce les conditions de vie des personnes à mobilité réduite au sein de notre société. Elle nous rend compte des difficultés organisationnelles, techniques, mais aussi financières que lui et sa famille ont rencontrées.

 

C’est enfin un combat exemplaire qui donne de l‘espoir et du courage, montrant à ceux qui sont en difficulté que tout est possible. Philippe Croizon déploie une telle énergie, une telle fougue que l’on est embarqué dans son monde et ses projets, qui sont réellement déraisonnables, finissent par se réaliser car il a cette détermination inébranlable de faire coller la réalité à ses rêves. Pour chacun d’entre nous, ce livre représente une belle leçon de vie, il nous permet de prendre conscience de notre chance et nous invite à savourer les vrais plaisirs de la vie sans modération mais avec une attention plus grande.

Bibliographie