Chargement...
Chargement...

LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°20

55755_medium.jpg.png
LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°20
Publié le 27/03/2017
LES LYCÉENS ÉCRIVENT AUSSI - 8ÈME ÉDITION - BILLET N°20

Billet n°20 de Maxime Terrasson , étudiant en B.T.S. Assurance

Portant sur Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald

 

Le roman de Francis Scott Fitzgerald dont le titre paraît comme une invitation à la découverte d’un être grandiose, splendide et remarquable, nous montre en fait toute la perversité de la recherche de l’extraordinaire.

Gatsby le magnifique relate l’histoire d’amour du héros éponyme et de Daisy. Ils se sont aimés autrefois, le destin les a séparés mais ils ne se sont jamais oubliés. Daisy s’est mariée avec un homme riche, odieux, raciste, narcissique, … nommé Tom. Et elle a un cousin nommé Nick, récemment installé à New York, à côté de chez Gatsby. Ce dernier fait tout pour reconquérir son amour, il organise des grandes fêtes où se côtoient des gens de toutes origines et où des rumeurs sont rapportées à son sujet car personne ne sait ni qui il est vraiment, ni d’où lui vient sa fortune. Mais peu lui importe les ragots circulant sur son compte, ses fêtes somptueuses n’ont qu’un but : attire Daisy jusqu’à lui. Lorsqu’il apprend l’identité et les liens de parenté de son nouveau voisin, Gatsby se sert de Nick pour réaliser le but de sa vie, revoir Daisy et la reconquérir. Les choses semblent s’arranger au mieux, mais le destin semble s’acharner contre Gatsby et la médiocrité des hommes se révèle sans limite.

C’est tout abord une histoire d’amour impossible, à la fois poignante et désespérée. Gatsby est touchant dans sa volonté assez infantile de faire revivre une passion du passé, il est touchant dans sa sincérité, dans son aveuglement même. Il est prêt à tout et ira jusqu’au bout de sa logique, quitte à en payer le prix fort. Face à lui, Daisy parait fade, superficielle et égoïste. D’où notre incompréhension : comment peut-il tout sacrifier à cette femme finalement indigne d’un tel amour ? Il incarne à merveille le proverbe qui dit que l’amour rend aveugle…

Mais ce récit est aussi et avant tout une critique de la société des années 1920. Une société des apparences et de l’argent facile, de la vie frivole dominée par la fête. Du reste, est dénoncée l’attitude naïve de Gatsby qui croit reconquérir son amour Daisy, grâce à l’argent, il se trompe. Et l’on peut percevoir dans ce livre une critique du « rêve américain », basé sur la réussite, le luxe, la démesure et l’exhibition de sa richesse. L’auteur a voulu montrer que l’argent ne fait pas le bonheur.

Finalement, les personnes qui s’en sortent sont médiocres, triste constat qui traduit bien la décadence de cette société vouée à l’autodestruction. C’est une histoire tragique et belle que je vous invite à lire d’urgence !

Bibliographie