Chargement...
Chargement...

Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 26/05/2015
Meursault contre-enquête est un détournement, celui de L’Etranger de Camus, un livre qui n’a laissé personne indifférent. Pour le rappel, l'Etranger c'est Meursault, un homme jugé pour avoir tué, froidement et sans raison, un Arabe sur une plage, près d'Alger, à l'été 1942. Meursault n'est finalement pas condamné pour avoir tiré cinq fois sur un homme mais pour n'avoir pas pleuré à l'enterrement de sa mère, être allé au cinéma voir un film de Fernandel le lendemain. Kamel Daoud offre, avec son premier roman, un contre-point à cette histoire. Il donne vie à l'Arabe, le "détail" du chef-d’oeuvre de Camus. Haroun, le narrateur de Meursault, contre-enquête est un héros bien malgré lui, et c’est le frère de l'Arabe, assis dans un bar d’Oran, Le Titanic dans lequel il raconte son histoire à un universitaire. Le lecteur apprend ainsi au fil des ellipses, des retours vers le passé, comment l'assassinat de Moussa, son frère, a été le tournant de sa vie de petit garçon alors âgé de 7 ans. Ce que j’ai aimé dans ce livre est sans doute, l’effet miroir avec L’Etranger qui est saisissant. Ce parallèle est présent non seulement dans l’histoire et l’intrigue du livre -Haroun va finir par être coupable des mêmes maux qu’il reproche à Meursault- mais c’est d’autant plus palpable, visible, que l’auteur intègre des extraits du texte original par le biais de citations en italique. Kamel Daoud a poussé l’exercice littéraire jusqu’à avoir presque le même nombre de mots que Camus. Certaines scènes ou traits de caractère se répondent dans les deux oeuvres. Meursault s’ennuie le dimanche, Haroun le vendredi. Salamano passe toute la journée à hurler sur son chien dans L’étranger, le voisin de Haroun récite le Coran à tue-tête toute la nuit, etc. Ce qui fait aussi le talent de Kamel Daoud, c’est de nous faire redécouvrir un des plus grands auteurs de la littérature française en y ajoutant une vraie touche personnelle. En un mot : épatant. Arva FAJELE ABASSE