Chargement...
Chargement...

Si je ne peux plus marcher, je courrai !

Kedge.jpg
Si je ne peux plus marcher, je courrai ! - Axelle Huber
Publié le 05/04/2017
Découvrez les chroniques des participants au concours Kedge Jette l'encre - édition 2017

Axelle Huber. Le nom de cette mère de famille de quatre enfants vous est peut-être étranger. Il m’était moi-même inconnu il y a quelques mois. Et pourtant, son témoignage est bouleversant et m’a énormément marqué. C’est par hasard que je suis tombée un jour sur un reportage dans lequel elle témoignait et c’est avec beaucoup d’émotion que j’ai pu ensuite lire son livre.

Dans son récit qui se lit très facilement, Axelle Huber exprime avec simplicité et humilité comment la maladie incurable qui a touché son mari, Léonard, et qui l’a mené jusqu’à son décès, a profondément transformé sa vie de femme et de famille.

Au fur et à mesure des pages, on se laisse porter et on entre réellement dans le foyer familial, au milieu de la vie quotidienne du couple et des enfants. La manière d’écrire d’Axelle reste légère en dépit de la situation terriblement éprouvante qu’elle retrace.

Tout au long de ce témoignage, ce qui est touchant, c’est cette joie malgré la souffrance, ce sourire malgré l’épreuve, ces rires malgré les larmes, ce bonheur malgré la douleur.

Le courage d’Axelle et Léonard dans cette épreuve est incroyable, entourés de leurs quatre très jeunes enfants. Axelle fait preuve d’une grande acceptation, et a confiance. Ce récit est donc pour moi un hymne à l’espérance, notamment lorsqu’elle reprend les paroles de son mari, chargées de sens : « Si je ne peux plus marcher, je courrai ! Si je ne peux plus parler, je chanterai ! Si je guéris, on continue ! Si je ne guéris pas, on continue aussi ! »

De son côté Léonard garde son humour et son optimisme. De l’annonce de sa maladie jusqu’à sa mort, il voit toujours le verre à moitié plein. Avec patience et douceur, il sollicite ses proches en osant exprimer sa faiblesse et en leur demandant de venir jouer à Intouchables avec lui. C’est ainsi que la simplicité, la bienveillance, l’attention à l’autre et la rencontre se retrouvent au cœur de l’épreuve.

Aujourd’hui, Axelle parle d’une histoire d’amour qui continue malgré tout, et rend présent Léonard, notamment pour ses jeunes enfants. Il s’agit donc d’une histoire vivante. L’amour reste plus fort que tout. La joie était au cœur de leur foyer, même dans les derniers instants de Léonard. Et la joie est encore présente maintenant.

Dans ce témoignage, Axelle accorde une place importante et privilégiée à sa foi, qui porte l’ensemble de sa famille. Mais, que l’on soit croyant ou non, ce témoignage apporte un véritable message : celui d’accepter ses propres limites et celles des autres et de savoir accepter ce chemin pour être heureux.

En tant que jeunes étudiants, nous ne sommes pas tous les jours confrontés à la maladie et à la mort, et pourtant nous sommes tous fragiles. Ouvrir les yeux sur notre propre faiblesse et l’accepter, ne serait-ce pas la voie du bonheur ?