Chargement...
Chargement...

Un amour noir de Joyce Carol Oates

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 04/06/2014
Notre scandaleuse héroïne se prénomme Calla. Elle est fille de paysans dans l'Amérique des années 1900. C'est une enfant rebelle, vagabonde et avide de grands espaces pour qui la vie ressemble à un rêve. Calla se transforme en une belle jeune femme à la chevelure rousse flamboyante et à la silhouette efflanquée. Tirant parti de cette beauté sa famille la marie à un riche fermier du voisinage. Calla accepte, résignée, espérant qu'on la laissera enfin en paix. Elle n'obtiendra cependant la tranquillité tant désirée qu'après la naissance de trois enfants. Considérant son devoir d'épouse accompli et fatiguée de supporter les regards scrutateurs de son entourage, Calla reprend sa liberté et s'en va battre la campagne telle une enfant sauvage. La solitude qu'elle y trouve la console de sa triste routine, ses pas l'éloignent toujours un peu plus de ce foyer étranger qui est pourtant le sien, jusqu'à sa rencontre avec Tyrell. C'est un solide gaillard, sourcier de son état, mais surtout, il est Noir. Sa Négritude la fascine et elle se retrouve en cet homme qui n'est comme elle rien qu'un paria. Tyrell devient vite son amant. C'est un amour Noir, un amour passionnel qui n'aura d'autre issue que le drame. Pour ces villageois racistes, il n'y a pire outrage qu'un Noir et une Blanche dont les corps s'entremêlent et se fondent dans un même désir. C'est un crime pour lequel aucun pardon n'est envisageable. C'est un roman court et puissant que nous offre Joyce Carol Oates, avec ce style si particulier qui me va droit au coeur. Une écriture simple et sans détour pour aborder avec aisance les thèmes trop souvent tabous du racisme et du mélange des races. Le personnage de Calla et sa passion licencieuse me touchent au plus profond de mon corps et de mon coeur femme. Calla est forte, indépendante, une dérangée pour son époque, non pas animée d'une folie furieuse mais d'une folie douce, presque sereine. Une existence passée tel un rêve, sans désirs. Elle n'aura été femme que quelques mois, ivre de caresses et assoiffée d'amour lorsqu'elle lui appartenait toute entière. Un Amour Noir n'est pas qu'une histoire de races, c'est avant tout une histoire de femme telle que Mrs Oates sait si bien les raconter. Le leitmotiv de son héroïne, "Je fais ce que je fais: et ce que je fais c'est ce que j'ai toujours voulu faire", c'est le combat d'une femme pour sa liberté, pour son choix de vie qui n'avait aucune chance de recevoir l'assentiment des esprits étriqués qui l'entouraient. Toute sa vie, elle ne suscitera qu'une virulente incompréhension, qu'un violent courroux qui la poussera à se retrancher toujours plus loin derrière l'écran opaque de ses grands yeux noirs. Calla n'aurait jamais pu être acceptée de ses contemporains, il lui en aurait coûté sa liberté, son originalité, l'essence même de son être. Ce sacrifice lui aurait été fatal, car céder une fois, c'est se condamner à céder toujours, c'est le début d'une mort annoncée. Emma DOCQUINCOURT