Chargement...
Chargement...

SORTIR AVEC AUSONE DU 1 AU 7 FÉVRIER

1035_sortir-avec-ausone-du-1-au-7-fevrier
Une actualité de AUSONE
Publié le 01/02/2016
Collection hiver 2016, le Festival Vie Sauvage passe deux soirées sur l'IBOAT ; À force de vies faites de murs, le photographe Bruce Milpied expose une série de portraits au Musée d’Aquitaine ; Les Pionnières, dans le cadre du Lab - carte blanche à Gérard Cendrey et une exposition personnelle de Catherine Slowik, beaucoup de femmes artistes à voir au Musée de la Création franche ; et La Belle, la compagnie La Vouivre rêve et danse à l’Espace TreulonVie Sauvage, depuis l’estuaire, arrive sur un bateau… Le festival de Bourg-sur-Gironde, qui mixe musiques actuelles, artistes visuels, fooding, présente sa Collection Hiver 2016 à l’IBOAT. 2 soirées, vendredi 5 et samedi 6 février, avec les live attendus de Flavien Berger, Woodini, Ariel Ariel et des DJ sets électro-pop pour dance-floor endiablé : Aloha Orchestra, Orang outang, La garderie, À l’eau… Esprit arty conforme à la Vie sauvage : installations numériques de Pierre Fossey et exposition du collectif Sainte-Machine connu pour son Bordel monumental. Dégustation de Côte de Bourg évidemment, et à disposition : une borne de jeux Arcade ! 12346523_1116896935006877_1370635069602417081_nLe photographe Bruce Milpied expose le monde ouvrier : des portraits, en noir et blanc et à l’argentique, de travailleurs du port de Bordeaux-Bassens, de Roumanie, des derniers mineurs de la Vallée noire en Allemagne. Il choisit ensuite la couleur pour nous présenter des hommes et des femmes d’une cité de l’ex-Rda dans leur jardin-ouvrier… Un regard et une attention portés à ceux qui ont des vies dures : l’exposition À force de vies faites de murs vient de commencer au Musée d’Aquitaine. Photo © D.R Photo © D.R Le Lab, c’est une carte blanche au Musée de la Création Franche : la première revient à Gérard Cendrey, créateur du terme création franche et fondateur avec Noël Mamère du musée dédié aux arts bruts, naïfs et modestes. Il a choisi de faire hommage aux Pionnières, ces créatrices qui ont contribué par le don de leurs œuvres au démarrage de la collection du musée, en 1989. Ces neuf pionnières de la Création Franche - Sandrine Alemany, Carol Bailly, Christiane Chardon, Claudine Goux, Martha Grunenwaldt, Rosemarie Koczy, Louise Lavallée-Tournay, Simone Le Carré-Galimard, Claudia Sattler – sont nées, pour la plus ancienne en 1910 et la plus jeune en 1966. Elles peignent au doigt, utilisent le stylo bille, les crayons de couleur, l’une assemble des fils de fer, l’autre modèle ses figurines en matériaux de récupération, elles dessinent sur des tickets de métro, des papiers artisanaux… Inauguration le 5 février. Également au Musée de la Création Franche, l’exposition personnelle de Catherine Slowik débute ce même soir du 5 février. L’artiste vit sa peinture, - acrylique sur papier ou sur toile -, comme un combat avec la matière. Ses œuvres figuratives mettent en scène des personnages qui se tirent, s’attirent, s’enfuient puis se rattrapent par la main. Les fonds monochromes obligent le spectateur à focaliser l’attention sur la chorégraphie des corps en mouvement, cabrés ou penchés. L’exposition présente une sélection de peintures allant du très petit au grand format, parmi lesquels un triptyque. BAILLY_13414.11_1400 Photo © D.R Souvenez-vous… La Belle – celle au Bois dormant – reste cent ans dans son sommeil, avant le baiser du prince. La compagnie La Vouivre invente son spectacle de danse autour de cette question évidente et pourtant jamais posée : à quoi rêve-t-elle tout ce temps ? Et bien, dans les rêves de la princesse, il semble qu’il y ait eu plutôt deux princes charmants… Pourquoi pas, puisque dans le monde onirique, bien qu’immobiles et endormis, on court, on vole, on vit des aventures extraordinaires ! Une quête de soi dans un autre espace-temps racontée dans une chorégraphie rigoureuse et une esthétique soignée. Laissez-vous emporter dans le grand sommeil dansé de La Belle, poétique et mouvementé… Le 7 février à 17h, Espace Culturel Treulon, à Bruges. Photo : © Marine Drouard