Chargement...
Chargement...

SORTIR AVEC AUSONE DU 18 AU 24 JANVIER

1012_sortir-avec-ausone-du-18-au-24-janvier
Une actualité de AUSONE
Publié le 18/01/2016

Rendez-vous compte… Sur la scène des Colonnes, Michel Cousin et son python Gros-Câlin, dans une adaptation théâtrale du roman de Romain Gary/Ajar ; la prestigieuse compagnie de danse Alonzo King Lines Ballet, au Pin-Galant ; Please Kill me, un concert au théâtre sur le rock (ou l’inverse) au TnBA ; à l’Auditorium de Bordeaux un récital exceptionnel de Cassard, Quatuor Prométhée, Trio Roussel réunis autour du Quintette ; et 4 jours intenses de Bordeaux Rock, LE festival hivernal des musiques indépendantes et alternatives.

Hélène Mathon et la Cie La Langue Écarlate présentent Benoît Di Marco dans ce rôle étonnant de Michel Cousin, stastiticien accompagné de son python, plutôt moitié reptilienne qu’animal de compagnie. D’autres personnages, tous issus du roman Gros-Câlin de Romain Gary, joués par l’acteur seul sur scène, surgissent pour nous parler de la sauvagerie dans notre monde civilisé. Clownesque au début, l’acteur fait peu à peu sa mue, puis se transforme, solitaire et rampant jusqu’au vivarium. « Une interprétation magnifiquement réussie qui met en lumière le verbe drôlatique de Romain Gary ». Gros-Câlin est une coproduction Le Carré-Les Colonnes qui se joue aux Colonnes à Blanquefort le 21 janvier à 20h30.

https://www.youtube.com/watch?v=rXAtD9Dd0oQ

« Irradier l’obscurité des théâtres » : voilà ce que demande le chorégraphe américain Alonzo King aux danseurs de sa compagnie, la prestigieuse Alonzo King Lines Ballet. Une première partie, sur l’un des quatuors à cordes de Chostakovitch, et « des corps vrillés jusqu’au bout des doigts.» Puis, l’œuvre magistrale Writing Ground, une chorégraphie inspirée des poèmes de l’auteur Colum McCann, accompagnée de musiques sacrées, qui pousse les danseurs au-delà de leurs limites physiques. Le 22 janvier à 20h30, au Pin Galant, Alonzo King Lines Ballet « repousse les limites de l’éblouissant et de l’énigmatique... »

https://www.youtube.com/watch?v=n5NcPI4pvoU

12ème édition du festival Bordeaux Rock : nouveautés et surprises, sur 4 soirées. La première, le jeudi 21 janvier, Rock en ville, un parcours musical urbain, hommage aux lieux indépendants et petits clubs du centre-ville, pour découvrir la scène locale. Vendredi : THE soirée musiques électroniques au Block, avec des légendes de la House, Paul Johnson en provenance de Chicago, et Cristof Salzac comme au temps du Chat bleu et du 4Sans ; samedi 23, des concerts, des concerts, de 16h à pas d’heure sur l’I-Boat ! Dimanche, projection à l’Utopia du film Industrial Soundtrack For The Urban Decay et un dj set exceptionnel de Stephen Mallinder, membre fondateur du groupe Cabaret Voltaire. Intense programme !

bordeauxrock_2016a

« Comment traduire ce qu’a été cette énergie, ce chaos, ces décibels ? Ce que ce mouvement musical a produit tant au niveau des corps, des mots, des codes, des mœurs ou du politique ? »

Please Kill Me s’empare du répertoire du Velvet Underground, des Ramones, des Stooges, des Talking Heads ou des Sex Pistols. À la fois concert de rock et pièce de théâtre, Mathieu Bauer et ses comédiens-musiciens dévoilent les affres du rock et du punk à travers l’intimité de ses protagonistes : musique, sexe, humour et drogues. Le spectacle plonge dans le New-York du CBGB’s et du Max’s Kansas City Club. Sur la scène du TnBA, Please Kill Me va traduire cette vitalité, cette énergie, cet abandon.

Photo © Pierre Grosbois Photo © Pierre Grosbois

Les deux quintettes les plus passionnants de la musique de chambre interprétés par Philippe Cassard au piano, accompagné de Quatuor Prométhée et Trio Roussel. Le Quintette avec vents op.16 de Ludwig van Beethoven et le Quintette op.34 de Johannes Brahms. Un récital joué à l’Auditorium de Bordeaux le 23 janvier à 20h.

Photo © Vincent Catala Photo © Vincent Catala