Chargement...
Chargement...

SORTIR AVEC AUSONE DU 25 AU 31 JANVIER

1026_sortir-avec-ausone-du-25-au-31-janvier
Une actualité de AUSONE
Publié le 25/01/2016

Découvrez 24 possibilités de formes courtes de l’édition 2016 du Festival 30/30 ; suivez le trio endiablé Teatro Necessario dans Clown in Liberta à l'Espace Treulon de Bruges ; brûlez avec cette version ardente de Phèdre sur la scène du TnBA ; passez voir De l’ombre à la lumière à la Vieille église de Mérignac ; et appréciez à juste titre À lundi ! l’exposition-sélection du régisseur du Frac-Aquitaine

Le festival 30/30 célèbre depuis 13 ans les rencontres de la forme courte. Pour cette édition 2016, toutes les disciplines de l’écriture contemporaine sont présentes : danse, performance, musique, voix, théâtre, cirque… 24 propositions uniques à suivre dans les lieux partenaires : le Théâtre des Quatre Saisons, l’Agora de Boulazac, le Cuvier CDC d’Aquitaine, le Glob Théâtre et l’Atelier des Marches, et le samedi, un grand parcours dans la ville de Bordeaux de 12h à 23h. Partageons l’enthousiasme de Jean-Luc Terrade, directeur artistique du festival : «Faisons en sorte que la scène reste l’endroit où tout est possible, où tout peut être et doit être dit ou fait. Faisons confiance aux artistes mais aussi aux spectateurs ! Les Rencontres tentent d’être un de ces lieux de parole où l’on peut murmurer, cracher, gueuler, voire dégueuler… mais aussi et surtout rêver.»

Photo © Enora Lalet Photo © Enora Lalet

La compagnie du Teatro Necessario a reçu plusieurs prix en Italie et à l’étranger pour son art du cirque et du théâtre de rue.

Acrobaties, jonglage, pyramides humaines… Dans Clown in libertà, trois clowns rivalisent sur scène en vue de monter le concert le plus spectaculaire possible. Du coup, on rit beaucoup, mais on ne sait plus du tout : est-ce un voyage musical en compagnie de musiciens comiques ou un spectacle de clowns qui montent une fanfare acrobatique ? Une soirée unique à l'Espace Treulon à Bruges le 27 janvier à 19h.

Photo © Paola Romani Photo : © Paola Romani

« Les aveux parallèles de Phèdre et d'Hippolyte embrasent les corps et précipitent les évènements vers l’inévitable issue… » Pour le metteur en scène Jean-Luc Ollivier, choisir de jouer Phèdre de Racine, ça n’est pas pour parler du monde aujourd’hui mais pour une seule et magnifique raison : la quête de beauté, cette beauté littéraire qui ne se révèle pleinement que sur la scène, dans le temps réel et incandescent du théâtre.

Il renforce cette puissance du langage et des corps qui s’entrechoquent avec un dispositif de représentation de « boîte noire » qui place les spectateurs dans la proximité du souffle et des regards. Une expérience de théâtre intense.

Pour être au plus près de la tragédie racinienne : TnBA, à partir du mardi 26 janvier.

Photo © Guy Labadens Photo © Guy Labadens Avant de venir sublimer l’enceinte de la Vieille église à Mérignac, Eric Vassal, photographe-plasticien, a exposé à la Fondation Hewlett Packard, au Musée d’art et d’archéologie d’Aurillac, au Muséum d’histoire naturelle de Perpignan, au Centre d’Art de Genève, au Palais de Tokyo… Convaincu par l’intérêt architectural du lieu, il décide de « présenter un ensemble d’oeuvres qui ont en commun le jeu de l’ombre, de la lumière et de l’ombre portée. Une sélection de clichés réalisés dans le muséum d’histoire naturelle de Paris et une grande installation dans la nef de l’église : un jeu de découpe dans de grands aplats de couleur». Des sculptures en aluminium complètent cette installation centrale, ainsi qu’une vidéo, parabole de l’existence où l’on voit un marcheur traverser sa vie. L’exposition De l’ombre à la lumière se dévoile au public à partir du 23 janvier.

Alain Diaz a été le régisseur du Frac Aquitaine pendant 25 ans. Cette fonction l’a placé au cœur de l’action de l’institution. S’occupant de la présentation des œuvres, dans le respect des protocoles et des règles de sécurité, il a établi à chaque exposition des liens avec les artistes, les partenaires, les commissaires, et évidemment les équipes du Frac au fil des années… À la veille de son départ à la retraite, le voici commissaire de « son » exposition : À Lundi ! Conçue à partir de son expérience, s’appuyant sur ses souvenirs, sur les rencontres marquantes, il raconte à travers sa sélection sa propre histoire et celle du Frac.

Faire partager le plaisir que lui ont procuré le contact avec les œuvres, voilà son intention simple et généreuse. Il en résulte une série d’hommages : à Richard Fauguet, à Alain Séchas, Jeff Koons ou Roman Opalka… En tout, un foisonnement d’œuvres issues du Fond régional d’Art Contemporain, à découvrir ou à revoir, - certaines montrées pour la première fois -, à partir du 29 janvier.