Chargement...
Chargement...

SORTIR AVEC AUSONE DU 8 AU 14 FÉVRIER

1046_sortir-avec-ausone-du-8-au-14-fevrier
Une actualité de AUSONE
Publié le 08/02/2016
Réjouissons-nous de la présence toute sicilienne de Le sorelle Macaluso au TnBA ; de la sortie publique de résidence de Posture(s), au Molière-Scène d’Aquitaine ; d’un concert virtuose de Segal et Sissoko au Rocher de Palmer ; rejouissons-nous encore d’une rencontre généreuse avec Tiago Rodrigues à la librairie Mollat et sa pièce By Heart sur la scène du Carré-Colonnes ; et de l’exposition Bacchanales modernes ! qui commence au Musée des Beaux-Arts… Avec Le sorelle Macaluso, Emma Dante - la réalisatrice du film Palerme - a écrit et mis en scène une fable sociale dans laquelle volent secrets, chaussures et crucifix. Nous sommes au cœur de la Sicile. Sept sœurs, - interprétées par une magnifique tribu d’actrices -, rêvent de s’échapper de la famille, des traditions, des enterrements, des fantômes. Pour l’instant, elles aimeraient aller à la mer, mais le voyage sera compliqué. Avec les sœurs Macaluso, la tragédie est toujours au milieu de la vie quotidienne. Pourtant, le sentiment de vie compose un chant terrien et sauvage dans la langue poétique du dialecte de Palerme. En robe à fleurs ou en maillot de bain, légères ou furieuses, elles jouent et rejouent les souvenirs. Jouée dans toute l’Europe, à Avignon, puis au Rond-Point à Paris, la pièce suscite l’engouement… Elle sera au TnBA, du mardi 9 au samedi 13 février. le-sorelle-macaluso Photo © Carmine Maringola En résidence de création avec l’OARA, la Compagnie Deux Renards met en scène, Posture(s), soit la rencontre inédite de trois interprètes, dont les deux danseuses et chorégraphes Emmanuelle Grizot et Carole Vergne porteuses chacune de leur propre rapport à la danse. Jérémy Chapele, sur scène à leurs cotés, organise avec la scénographe Jeanne-Lise Pépin, une recherche à la croisée du théâtre et de la danse autour de la question du regard. « Tentant désespérément d’assurer l’adéquation entre ce qui nous semble être notre vérité intérieure et l’image que les autres auront de nous, nous adoptons toutes sortes de postures. » Sortie publique au Molière-Scène d'Aquitaine, le 11 février à 18h30. Postures Photo © D.R Et encore ce soir-là du jeudi 11 février, au Rocher de Palmer, ce sera un peu comme être avec deux musiciens virtuoses sur un toit de Bamako. Le Français Vincent Segal au violoncelle et le Malien Ballaké Sissoko à la kora ont conçu de cette façon leur deuxième album, Musique de nuit, accordant l'ancestrale tradition mandingue au lyrisme grave du violoncelle. Ce duo d’expérimentateurs forme « l’une des plus belles aventures nées des métissages entre l'Afrique et l'Occident ». Il ne faut pas rater ce concert très attendu. pht5 Photo © D.R Le point de départ de By Heart est un élément réel de la vie familiale de Tiago Rodrigues. Sa grand-mère, trop âgée pour lire, lui demande un jour d’apprendre un livre par cœur. À partir de là, les choses se complexifient… Tiago Rodrigues - et la compagnie Mundo Perfeito - organise un théâtre avec les spectateurs : une dizaine d’entre eux va alors prendre en charge un sonnet de Shakespeare. La pièce se joue autour de cette expérience commune du texte appris par cœur. À chaque représentation, un collectif émerge et on assiste à la naissance d’un nous. « Précisément, ce qui va se passer sur le plateau, c’est une disparition des frontières entre réalité, théâtre, Histoire, fiction, références littéraires... Ça prend une forme labyrinthique ». Au Carré-Les Colonnes, du 12 au 14 février. Photo © Magda Bizarro Photo © Magda Bizarro Profitez d’une rencontre libre, le samedi 13 à 15h, avec le passionnant Tiago Rodrigues à la librairie Mollat, au « 91 », rue Porte-Dijeaux. Il présentera le livre By Heart, Apprendre par cœur, des éditions Les solitaires intempestifs, et parlera de sa vision du théâtre comme acte et lieu de résistance. 9782846814591,0-2750692Plus de 130 œuvres issues de collections publiques françaises (musée du Louvre, musée Rodin, Petit Palais, Bibliothèque nationale de France…) sont réunies au Musée des Beaux-Arts pour célébrer les Bacchanales modernes !, et plus particulièrement la prêtresse mythique – la bacchante - des fêtes antiques qui se déroulaient en l’honneur de Bacchus, dieu du vin, de l’extase et de l’inspiration créatrice. Assortie du sous-titre Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle, l’exposition, ouverte à partir du 12 février, rassemble les artistes les plus divers qui tous convoquent cette figure de la femme fatale, mélangeant les imaginaires : muse, sorcière, nymphe cambrée, danseuse, diablesse…. TRUTAT-BACCHANTE-DIJON-MBA-PHOTO-FRANCOIS-JAY-0391PE-WEB