Chargement...
Chargement...

Ça ne peut plus durer

kedge.png
Publié le 13/05/2019
Ça ne peut plus durer de Joseph Connolly
Roman britannique contemporain, Ça ne peut plus durer m’est littéralement tombé dessus alors que je recherchais un nouvel ouvrage. Quand je l’ai retourné pour découvrir la quatrième de couverture, je ne pensais pas pouvoir voyager aussi profondément. Je l’ai tout de suite commencé.

Ces quelques 400 pages regroupent plusieurs personnages tous mêlés les uns aux autres sans qu’ils ne se connaissent forcément. Il y a un tas d’histoires différentes, un vrai méli-mélo dans lequel se perdre : entre amours, travail, adultères, déceptions… Ce livre est excellent car il reflète les véritables relations humaines. Compliquées, nombreuses, et enrichissantes à la fois. Ce livre permet de se projeter dans des situations complètement improbables (ou pas !) et plus que rigolotes.

Le roman débute avec le licenciement de Nan, la baby-sitter des enfants de Jérémy et Anne. Cette dernière la renvoie car elle pense que son mari la trompe avec elle puisqu’il a passé la nuit dehors, alors qu’en vérité, il la trompe avec une autre qui elle-même voit quelqu’un d’autre : Max, le patron de l’ami d’Anne et Jérémy. Après avoir été renvoyée, Nan déménage et trouve une colocation dans laquelle elle rencontre son petit ami Tony qu’elle n’aime pas vraiment puisqu’elle préfère Jake, lui-même en couple avec Susie. Mais pour combien de temps ?

Mon moment préféré, c’est quand Tony, fou de Nan alors qu’elle vient de le quitter, décide de la reconquérir. Il pense avoir ses chances s’il devient très riche. Il décide donc de braquer une banque. Sortant blessé de son braquage, il monte dans un taxi. C’est là qu’intervient George, chauffeur de taxi, amoureux de la caissière du supermarché bien plus jeune que lui. Ce brave homme retrouve plusieurs jours plus tard un sac rempli de billets de banque sous la banquette arrière de sa voiture. Paranoïaque, il finira par se dénoncer pour crime qu’il n’a pas commis, alors que les policiers ne le soupçonnaient de rien et demandaient uniquement à vérifier l’état de sa voiture.

La façon dont le roman est rédigé donne l’impression de vivre l’histoire en temps réel. Les détails sont si familiers, et souvent inattendus ! La narration est vraiment très précise, on pense connaître les personnages, mais ils ne cessent de nous surprendre. Je ne peux que recommander ce livre qui m’a fait éclater de rire à plusieurs reprises, mais aussi chagrinée par compassion pour les personnages, avec lesquels on vit le temps du roman.

Bibliographie