Chargement...
Chargement...

Constellation d'Adrien Bosc

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 26/05/2015
Constellation, c’est pour les cuistres ce quadrimoteur pressurisé F-BAZN créé au début des années 1940 afin de définitivement donner aux croisières un caractère suranné. Constellation, c’est prosaïquement le nom d’un avion qui s’est écrasé quelque part aux Açores voilà exactement 66 ans avec à son bord 48 personnes, toutes anéanties sur le coup. Constellation, c’est cet accident devenu tragédie nationale avec la disparition de l’immense champion de boxe Marcel Cerdan. Nous avons tous l’image du couple fusionnel qu’il formait avec Edith Piaf, qu’il rejoignait d’ailleurs à New-York à sa demande, tant elle se languissait de son absence. Mais dans le Constellation, il y avait d’autres voyageurs, comme vous et moi, avec leurs existences et leurs parcours singuliers, leurs préoccupations, leurs besoins, leur rêves, qui s’achevèrent brusquement et simultanément dans ce cercueil volant. Une preuve de plus que notre vie est à la fois « minuscule et immense ». Dans cet « avion des stars », on retrouvera également la violoniste virtuose Ginette Neveu mais l’auteur Adrien Bosc s’attache à nous faire le roman de la vie de Kay Kamen, le créateur du merchandising Disney, ou de cette jeune ouvrière alsacienne allant hériter à Détroit de son opulente marraine. A l’image du récit concernant les cinq bergers basques ou de cet homme qui projetait de se réconcilier avec sa femme, Bosc nous plonge dans des rencontres éphémères, tantôt superficielles tantôt approfondies mais si prégnantes, appuyant avec ironie la phrase de Desproges : « J’aime les histoires qui finissent mal car ce sont celles qui ressemblent le plus à la vie ». Car le caractère effroyable de ce « drame inexpliqué » réside précisément dans la place qu’y tient le hasard, ce « flûtiste invisible » cher à Labro. Quelle série de causalités a rendu « nécessaire » cet injuste dénouement ? Et si le luthier eût pu embarquer dans l’avion ? Et si ce monsieur n’eût pas fait preuve d’une trop grande galanterie en cédant sa place dans l’avion de la veille ? Nous découvrirons qu’en effet : « Le destin est toujours une affaire de point de vue » ! Finalement, plus qu’un simple avion, Constellation c’est cet ensemble d’étoiles reliées par hasard par les lignes imaginaires de la vie et illuminant immuablement et harmonieusement notre ciel commun. Yégnissê HOUESSINON