Chargement...
Chargement...

L'écrivain de la famille de Grégoire Delacourt

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 04/06/2014
Grégoire Delacourt a connu un succès littéraire majeur avec La liste de mes envies. Après avoir rêvé, ri et pleuré aux côtés de l’héroïne, je n’avais qu’une envie: continuer à profiter de la plume de cet auteur. Serait-il possible de prendre autant de plaisir à la lecture de L’écrivain de la famille? Un trop grand espoir suscite parfois des désillusions. Mais les ingrédients nécessaires sont réunis pour répondre à cette espérance. La rencontre entre les personnages, l’auteur et le lecteur a lieu grâce à une écriture authentique, sincère et l’humanité des personnages. On s’identifie au héros et à l’auteur tout en se demandant où se situe la limite entre les deux. Est-ce un roman autobiographique? De fiction? Peu importe. Cet ouvrage offre qualité d’écriture, mélange de rêve et de réalisme, possibilité de partager le quotidien des personnages et opportunité de réfléchir au sens de la vie, de sa vie. Je me suis retrouvée enserrée par ce roman comme dans une toile d’araignée de laquelle je ne souhaitais pas m’extirper. Je tournais les pages avec l’envie de découvrir la suite. Puis je ralentissais par crainte d’arriver trop vite à la fin. Et pourtant… Et pourtant, j’ai découvert les premières pages avec une once de soupçons. La dimension simpliste des premières lignes me décocha un gloussement moqueur. « A sept ans, j’écrivis des rimes : Maman, t’es pas du Zan. Papa tu fais des grands pas...». Au-delà de ce sourire narquois, l’auteur serait-il capable de m’apporter du bonheur à lire? Et le piège se referma aussitôt : «Les regards s’échangèrent. Les sourires s’allongèrent. En quatre rimes pauvres, j’étais devenu l’écrivain de la famille». Dès lors l’histoire de ce jeune garçon est lancée. Un jour, ses parents ont placé leur rêve en lui. A quel point sa vie en serait-elle influencée? Quels allaient être ses rapports avec sa famille, sa place de fils, de frère, de mari ou de père? Le roman apporte une réponse à toutes ses interrogations. Les relations humaines sont décrites avec aisance. L’écrivain de la famille amène à réfléchir à l’influence des autres sur nos choix. Court-on le risque de perdre leur amour si nous ne répondons pas à leurs attentes? A la lecture de Grégoire Delacourt, on progresse dans la connaissance de soi et des autres tout en prenant du plaisir. Ce livre pourrait être un rite de passage à l’âge adulte permettant l’affirmation de soi. Marie TESTAGROSSA