Chargement...
Chargement...

La Quête d'Ewilan

f3c855245d35.jpg
Publié le 09/05/2018
La Quête d'Ewilan de Pierre Bottero
Ewilan.
Nom, ô combien connu par les amoureux de la fantasy, qui aura bercé ma jeunesse.
Etais-je tombé amoureux cette jeune fille aux yeux violets et cheveux dorés ? Absolument.

Et pourtant, l’histoire débutait comme beaucoup d’autres : une héroïne, ne sachant pas réellement où est sa place, se retrouve soudainement propulsée dans un monde nouveau, où la magie est bien réelle. Comme toute histoire de ce genre, elle rencontre de nombreux compagnons sur son chemin, se retrouve dotée de pouvoirs démesurés, et s’en va combattre de viles personnes pour une noble cause.
Classique.

Mais il y a un truc. Quelque chose de plus fort. Une chose que je ne retrouve pas autant dans d’autres œuvres… C’est comme si j’étais dans l’histoire, comme si je la vivais. Les personnages évoluent, et j’évolue avec. Je vis leurs aventures, je découvre à leur côté, je ris avec eux et je pleure avec eux.

Ewilan, Salim, Ellana, Edwin, Bjorn, Duom.

Tous ont une âme. Et, pour moi, il ne s’agit plus de simples noms sur un papier : ils étaient mes amis et sont devenus une part de moi durant nos nombreux périples.
Le livre aussi a une âme. Pour la première et unique fois dans ma vie de lecteur, je ne dévorais pas le livre : je me faisais dévorer. Et quand l’Imagination de l’auteur me renvoya dans mon monde, après un long voyage dans le sien, je m’en étais retrouvé changé et grandi.

Je remercie donc Pierre Bottero qui m’aura fait voyager sur le lointain continent de Gwendalavir, mais qui sera parti en arpenter les nombreux chemins beaucoup trop tôt.