Chargement...
Chargement...

« Le casting de la dernière chance » par les élèves de 3ème du collège Pierre de Belleyme.

no_media
Une actualité de Pierre
Publié le 18/05/2016
Le casting de la dernière chance En l’an 2014, la crise mondiale fait de plus en plus de victimes, en particulier chez les pauvres, les faibles et les jeunes. Les dirigeants des grandes puissances mondiales semblent impuissants à résoudre cette situation déplorable. Les jeunes ont donc décidé de prendre leur avenir en main et ont constitué un jury qui aura la tâche ardue et capitale d’élire un personnage capable de promettre à leur génération un avenir meilleur. Les héros qui se présentent à eux pour ce « casting » de la dernière chance sont la personnification de figures réelles ou fictives issus de grandes œuvres engagées qui ont marqué notre histoire culturelle. Art, Etat et Pouvoir sont indéfectiblement liés. Qui sera choisi comme le possible sauveur de notre pauvre monde ? Retrouverez-vous qui se cache derrière ces candidats ? … Car ce qui suit est un texte à clés. Entendez à travers eux la voix des jeunes qui veulent croire en un futur où l’espérance et la lumière l’emportent sur la détresse et l’obscurité… (Début de la scène : Alors qu’un nouveau membre du jury vient d’arriver, le jury discute.) La nouvelle : Alors, c'est quoi le thème d’aujourd’hui ? Sérine : Il me semble que nous devons choisir le « maître du Monde ». La nouvelle: Ah d' accord... Tout le monde est là ? Sérine : Ben… Oui, deux filles et un garçon. La nouvelle : Mais ils sont où les autres garçons ? Sérine : Pas besoin d'autres garçons, c'est assez équilibré. En plus ce sont les femmes qui portent les enfants donc ce sont elles qui méritent de décider de l’avenir du monde. Une voix venant des coulisses : Allez, allez tout le monde en place ça va commencer !! (Tout le monde s’agite.) 1er candidat : Par Toutatis, si je suis élu, je protégerai le monde comme il le faut, c'est quand même grâce à moi que la Gaule a vaincu les Romains je ne sais combien de fois! J'ai même arrêté de compter. Je ferais aussi en sorte que tout le monde ait de quoi se nourrir, même les plus pauvres. Dans notre société, on est trop focalisé par sa réussite personnelle, au détriment des autres et de la morale publique. Bien sûr, je punirais les plus lâches. Il faut avoir un minimum de fierté et savoir jeter ses armes dignement, la tête haute surtout quand le combat n'est pas équitable. Simple façon de voir les choses. 2ème candidat : Je m’adresse à vous, les femmes, toutes les femmes du monde ! Si j’étais élue, je changerais bien des choses, je veillerai notamment à punir davantage le racisme et le sexisme. Il faudra prioritairement stopper les guerres, car personne ne mérite de voir son entourage mourir devant ses yeux, enfin de vivre ce que j'ai vécu lors de la guerre en Iran. J'aimerais que les gens soient plus optimistes, arrêtent de se morfondre sur leurs problèmes et voient la vie du bon côté. Ce qui serait bien ce serait que notre avenir ne soit pas tracé d'avance, pouvoir se projeter librement et sans barrières rendrait peut-être de l'espoir aux gens et ils seraient donc plus heureux. Chaque problème a sa solution, si tout le monde y mettait du sien ça irait mieux. Et si chacun avait confiance en son prochain, si on prenait le temps de se redécouvrir, de s'aider ? Il n'y a pas que notre environnement qui change, nous aussi nous évoluons... chacun à sa façon. S’il était possible aussi que les gens arrêtent de juger, plus personne n'aurait peur du regard des autres, on pourrait être plus facilement soi-même sans avoir peur d'être critiqué, insulté ou même frappé. Avoir plus de liberté de pensée, et de goût sans être systématiquement étiqueté... Tout cela rendrait le monde plus libre et plus égalitaire, un monde où, nous, les femmes serions plus heureuses, égales aux hommes, où nous pourrions nous exprimer, où nous vivrions beaucoup mieux enfin. 3ème candidat (vêtu d’un uniforme, il hurle en gesticulant) : Je ferai de la Tomania un exemple pour le monde !! Kof, kof, treuhh heu (il tousse). Je veux être le seul brun pour que vous puissiez me distinguer. Je donnerai 1kg de patates par mois pour vous tous. Je transformerai les garçons en soldats. L'école ne sera pas obligatoire. Seulement les hommes ayant six doigts aux pieds seront dispensés de travailler ainsi que les femmes, les enfants de moins de quatorze ans et les personnes très âgées. Les élections n'existeront plus car je serai votre maître pour l’éternité, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Plus personne n’aura à se soucier des grandes questions politiques et sociales étant donné que je déciderai de tout. Une libération, n’est-ce pas ? Hey ! (en levant le bras pour saluer). 4ème candidate : Mes collègues et moi voulons être au pouvoir et dans ce cas nous exigerons que tout le monde s'habille de la même façon, hommes ou femmes, enfin surtout les femmes. Elles porteront, comme nous la cape de Jilbab. Il serait intolérable que les femmes se montrent trop vis-à-vis des hommes. Ainsi tout le monde sera à égalité, il n'y aura plus de différences sociales entre les peuples, cela empêchera peut-être certains propos. La loi sera issue de nos textes sacrés. Nous voulons que tout le monde nous obéisse, mais aussi que tout le monde écoute le même genre de musique. Le rock, le rap, le r&b et tout ce qui suit sera illégal. Tous les appareils numériques seront interdits pour éviter toute forme de violence illicite. Les marques de vêtements, l’alcool et la cigarette seront interdits. Nous ferons la guerre afin de mettre le monde à nos ordres. Toute personne qui aura fait preuve, selon nous, de racisme, d'injustice, de manque de respect, de harcèlement, sera brûlée sur le bûcher. 5ème candidat : Je pense… Non, je serai le prochain maître du monde car je suis le seul dans l'univers à utiliser la force du coté obscur, de plus j'ai à mes ordres l’armée des clones et des robots ; ainsi personne n'osera défier mon empire. L'injustice est un problème qui ne peut pas vraiment être résolu et je pense qu'on vit dans une société violente, et qui ne mesure pas le poids des mots, des gestes. Le pouvoir fort du côté obscur classerait tout le monde au même rang social et cela résoudrait tous les problèmes, radicalement. 6ème candidat : Ola, moi, y ai des prroyets por sauver lé mundo, yé vais inventar lé trriangilismé , l’héxagolismeé, lé sphérrismé por lé reste, on verra plou tard, aprrés . Et y ai oun acolyto, Martinez, lé toro del populo. Viene Martinez ! Martinez : Meuh. 6ème candidat : Il n’est pas trrès bavard. Martinez : Meuh. 6ème candidat : Il m’inspirré y m'encourrrage en los momentos difficilès. Martinez : Meuh. Le monde d'aujourd'hui est parsemé de problèmes, j'aimerais que chacun soit fier de ce qu'il est, que tous les gens s'entendent comme des frères, que le monde soit facile, que nous puissions nous entraider. Si chacun était juste envers les autres, notre monde serait beaucoup plus agréable. De nos jours les gens sont malheureux car il y a trop de tristesse. Je voudrais que personne ne se fasse de mal, qu'il n'y ait plus de violence : comportons-nous comme des humains, et non des animaux ! 6ème candidat : Por concluar, yé voudrrais être el maestro por que nostro pais ne subissé plou de massacres. Hoyourd’hui yo déclaro la guerra à todos los dictatoros quien gâché la vida à todo el mundo. Perdon si ye m’emmelé los pinceaux… Si yé pouvais, y’enlèvérrrais tout cé qui bride nos libertades, todos las cosas qui font qué diré qué en cet éstado nos sommos libres et égaux en droits son solamente mensonges y illusiones ! 7ème candidat : Pour moi primordiale est la paix. J'ai toujours fait ce qui me semblait juste, le monde ne peut pas être dirigé par la force obscure. Libérer le monde des ténèbres, je veux. Or, je crois qu'aujourd'hui on vit dans la peur. Même pas de la peur de la mort, au contraire, on a plutôt tendance à la provoquer, mais plutôt de la peur de l'avenir, de nous mêmes et des autres. Ecoutez-moi car d'une grande sagesse je suis et je ressens le mal quand il approche. Je suis ni cupide ni vaniteux, juste un peu vieux et je ne compte plus les années mais un bon Jedi je reste. Alors que la force soit avec vous tous. Choisissez-moi si vous voulez la paix. 8ème candidat : Bonjour, on m'appelle le barbier. Vous n'avez pas besoin de savoir mon prénom, ni mon nom. Vous devez juste savoir que mon rêve est de retrouver la mémoire et de vivre en paix ! Oh, oui, j'aimerais tellement pouvoir rendre la paix et la liberté à notre chère planète ! La terre va mal les gens ne cherchent plus, ils se disent que c'est perdu, que rien ne change. Moi, je ferais en sorte qu'il n'y ait plus de différences entre riches et pauvres, noirs et blancs, juifs , chrétiens, musulmans et autres... La liberté de chacun sera pour moi une priorité. Aucune discrimination ne sera tolérée si je deviens maître tout puissant ! Aujourd’hui, les jeunes n'ont pas confiance en l'avenir parce que la crise conditionne tout. On n'ose plus faire de trop longues études par peur de ne pas trouver de travail après. Je pense aussi qu’on a peur de travailler, de faire de nouvelles expériences par crainte de se tromper, ou de se laisser aller et d’être intégré par peur d'être brisé. A quoi bon juger les autres, vu que nous sommes tous différents ? Tout ce que je souhaite, c'est de faire en sorte que tout le monde soit sur le même piedestal que son voisin. Je n'accepterai aucune critique envers quiconque. Alors que le jury commençait à s’impatienter, le dernier candidat entra, sa toge trainant derrière lui. 9ème candidat, s’éclaircissant la voix : Et bien, ave, j’ai été à la fois écrivain et homme politique, puis général et enfin dictateur. Si je viens à vous aujourd’hui c’est pour tenter ma chance. Mon cadavre se retournait dans sa tombe en voyant l’état du monde actuel, et après avoir été ressuscité je-ne-sais comment, j’ai décidé de venir vous voir. J’ai toutes les qualités requises pour assurer le poste. Premièrement, je réglerai un des problèmes principaux qu’est l’argent, qui mène d’ailleurs souvent aux guerres. Vous vous dites civilisés mais vous n’hésiteriez pas à faire sauter des millions de personnes pour quelques bouts de papiers alors rien ne va, le monde est moche à cause de toute cette pollution, de ces problèmes...Ainsi, à mon sens, deux classes suffisent. La classe des « patriciens », ou des riches selon vous, ce seraient les hommes politiques qui supervisent le commandement des différents pays de la planète, des hommes de l’armée et des meilleurs philosophes. D’autre part, les « plébéiens », mais vous préférerez sûrement le terme de « classe moyenne », ils auront un salaire minimum pour un travail maximum. Chacun aurait sa place. Toute personne accusée de vol ou de viol serait punie par la suppression du membre qu’il a utilisé pour commettre le crime. Ça devrait en calmer plus d’un. Le racisme serait évidemment condamnable par un aller-simple dans l’arène ou le bûcher. Ah oui, et toutes ces nouvelles technologies seront détruites. Elles ne servent qu’à rendre l’Homme feignant et obsédé par la nouveauté. Pour finir, les femmes auront le droit de postuler à des emplois occupés par des hommes, du moment qu’elles prouvent qu’elles peuvent être tout aussi efficaces. ˙ɹɐséɔ sǝlnɾ : 9°u 'ɹǝıqɹɐq ǝl : 8°u 'ɐpoʎ ǝɹʇîɐɯ : 7°u ; ossɐɔıd : 6°u ; ɹopɐʌ ʞɹɐp : 5°u ; » xıɐd ɐl ǝp ǝuuǝıpɹɐƃ « ǝun : 4°u ; lǝʞuıɥ : 3°u ; ıdɐɹʇɐs ǝuɐɾɐɯ : 2°u ; xıɹoʇéƃuıɔɹǝʌ : 1°u ʇɐpıpuɐɔ ˙ossɐɔıd ǝp » ɐɔıuɹǝnƃ « 'sɐɔnl sǝƃɹoǝƃ ǝp » sǝlıoʇé sǝp ǝɹɹǝnƃ ɐl « 'uıldɐɥɔ ǝılɹɐɥɔ ǝp » ɹnǝʇɐʇɔıp ǝl « 'ıdɐɹʇɐʇs ǝuɐɾɹɐɯ ǝp » sılodésɹǝd « ; ɹǝʎoɹ ǝp » ɹɐséɔ ǝp spǝıd xnɐ sǝɯɹɐ sǝs ǝʇʇǝɾ xıɹoʇéƃuıɔɹǝʌ « : sʇɹɐ sǝp ǝɹıoʇsıɥ’p ǝʌnǝɹdé ɹnǝl ɹnod sǝʌèlé sǝl ɹɐd sǝéıpnʇé sǝɹʌnœ sǝp éɹıdsuı ǝnƃolɐıp Auteurs : Tenaille Mélina, Balaine Marie, Hornbeck Iris, Benelmans Sarah, Sanfins Alexandre, Bonaval Cloé, Maliges Bordes Enzo, Merle Vivien, Payen Charlotte, Bossy Léo, Da Concecao Fatima, Loupias Léa, Videau Anaïs, Mabrouki Hynd, Jallouli Sérine, Khachane Saphia, sous la direction de Mme Clinquart (professeur de lettres modernes).