Chargement...
Chargement...

Le crime du comte Neville, d'Amélie Nothomb

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 20/04/2016
J’ai découvert Amélie Nothomb lors de la rentrée de La Grande Librairie, animée par François Busnel sur France 5. Pour la première émission de la nouvelle saison, la baronne belge est venue présenter son dernier roman. Le vingt-quatrième. L’histoire, digne d’une tragédie grecque, nous plonge dans l’inextricable dilemme du comte Neville. Père de trois enfants, Oreste, Electre et Sérieuse, le comte organise dans quelques jours la garden-party annuelle au château familial du Pluvier. Mais hélas, celle-ci sera la dernière. La propriété tombe en désuétude. La famille est fauchée. La garden-party se doit donc d’être inoubliable…et s’annonce comme telle ! Car une voyante avertit le comte qu’il y assassinera alors un invité. Quoi de plus déshonorant pour un aristocrate. Ainsi se joue pendant plus de 50 pages un long tête-à-tête entre le comte et sa plus jeune fille, Sérieuse, lasse d’une existence où elle ne ressent plus rien. Elle veut se sacrifier en priant son père de l’assassiner… Le comte est torturé. Neville va-t-il alors commettre l’impensable ? Amélie Nothomb parvient avec brio à nous tenir en haleine jusqu’au dénouement, où l’on ne peut que s’exclamer, et relire plusieurs fois cet épilogue tant on ne s’y attendait pas. Ce livre intense, dont on freine la lecture pour ne pas l’engloutir en une seule fois, est d’une efficacité redoutable. Amélie Nothomb nous double, sans qu’on ne voit rien arriver… Clémence Herrmann