Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (4e édition – billet n°21) 1

104_les-lyceens-ecrivent-aussi-4e-edition-billet-n-21-1
Une actualité de Administrateur
Publié le 30/04/2013

Billet portant sur Les Naufragés de L’île Tromelin d’Irène Frain

L’intrigue du livre d’Irène Frain nous fait embarquer à bord de l’Utile, le 31 juillet 1761. Son capitaine Jean de Larfargue transporte une cargaison d’esclaves clandestine. Doté d’une réputation plutôt chanceuse, celle-ci lui joue des tours quelques jours plus tard, lorsqu’il échoue sur une île perdue au cœur de l’Océan Indien.

L’île de corail au large de Madagascar, de dimension fort réduite, frappée par d’immenses vagues, sans arbre pour s’abriter du soleil de plomb, du vent, des tempêtes, des ouragans … Bref une île inhospitalière par excellence, cumulant les dangers pour les hommes qui ne sauraient y rester longtemps si ils veulent demeurer en vie. Dès lors, il faut s’organiser vite, très vite, les vivres ne sont pas éternelles et le péril est grand. Le capitaine ayant perdu dans le naufrage son bon sens, c’est le lieutenant Castellan du Vernet qui va prendre les choses en main et organiser la construction d’un bateau. Pour s’en sortir, Noirs et Blancs devront cohabiter. Cette entraide contrainte fera naître des moments de partage, voire de fraternité et d’affection entre certains d’entre eux. Et de cette union naîtra un navire nommé, à bon escient, « La Providence », destiné à les aider à fuir l’île.

Mais à bord de ce navire trop petit, seuls les Blancs pourront embarquer, seuls les blancs mais tous les blancs y compris ceux qui avaient refusé de participer à sa construction. Tous pourront partir au détriment des noirs qui, eux, ont trimé dur pour le bâtir. L’injustice est flagrante. Certains embarqueront sans scrupule, alors que d’autres auront beaucoup plus de mal à « abandonner » leurs compagnons d’infortune. Parmi eux le lieutenant qui promet aux 60 noirs restant de revenir les chercher. Il leur donnera même une lettre de recommandation au cas où un navire accosterait avant son retour. Et le navire de prendre la mer et d’atteindre miraculeusement les côtes. Et Castellan du Vernet de se démener de longues années afin d’obtenir l’autorisation de prendre la mer pour porter secours aux naufragés restés sur place… En vain : les autorités refuseront toujours de donner l’aval à son projet. Quinze ans s’écouleront ainsi avant que le sauvetage ne se fasse. Sur l’île, seront retrouvés huit rescapés : comment ont-ils fait pour survivre si longtemps ? Sept femmes et un nourrisson : comment se peut-il que figure un nourrisson au milieu d’un groupe composé que de femmes ? Autant d’énigmes que nous explique ce récit remarquable par son intensité, son suspens mais aussi la leçon de vie qu’il nous offre.

Une fois arrivées sur l’île de France, ces femmes seront libres. De plus, l’abolition des l’esclavage sera faite quelques mois avant la libération des celles-ci.

Ce livre est littéralement captivant : Irène Frain nous entraine dans son histoire du début jusqu’à la fin. J’ai beaucoup apprécié ce récit rendu très réaliste grâce aux nombreux détails présents tout au long de l’histoire, comme ceux relatifs à la description de l’île sur laquelle échoue le navire qui mettent l’accent sur son aspect terrible et sauvage.

Irène raconte aussi son histoire du point de vue de différents personnages, ce qui nous montre les pensées de chacun et ce qui nous « entraine d’autant plus dans l’histoire ». On perçoit l’histoire sous différents angles, cela la rend à la fois très intéressante et profonde car complexe d’autant qu’en entrant ainsi dans les pensées de différents personnages on assiste à l’évolution de certaines des mentalités au cours de cette histoire, notamment concernant l’esclavage, la vision de l’homme noir considéré au début comme une simple marchandise puis comme un outil, enfin comme un compagnon vaillant et dur à la tâche, digne de considération voire d’affection… Ce livre est un hymne à la fraternité. C’est aussi un récit d’aventure captivant doublé d’un témoignage historique marquant. A LIRE !

Billet de Emilie Corbiat, étudiante en B.T.S. Assistant de Management, première année

Bibliographie