Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (4e édition – billet n°5) 1

61_les-lyceens-ecrivent-aussi-4e-edition-billet-n-5-1
Une actualité de Administrateur
Publié le 30/04/2013

Billet sur Le magasin des suicides de Jean Teulé

L’auteur nous transporte dans une ville sombre et triste où mettre fin à ses jours est la meilleure méthode pour mourir.

Dans cette ville se trouve un magasin spécialisé dans le suicide, son slogan « Si vous avez raté votre vie, réussissez votre mort ! ». Le couple de gérants, Lucrèce et Mishima sont tous deux charismatiques. Ils vendent la mort à leurs clients désespérés en personnifiant pour chacun les moyens d’y parvenir. Ce couple a 3 enfants, Vincent, anorexique, dépressif, le plus grand espoir de son père pour reprendre la tête du magasin, Marylin, jugée par ses parents laide et grosse, ne servant à rien sur terre, et Alan le personnage principal, joyeux et riant tout le temps.

Avec l’arrivée de ce dernier enfant, la vie des Tuvache va être chamboulée, peu à peu chaque membre de la famille va revivre et retrouver la joie. En commençant par Marylin, à qui il va offrir un cadeau symbolique, un mouchoir. Grâce à ce geste, la jeune femme va réussir à affronter son reflet et va se révéler être une magnifique jeune femme, faite pour l’amour et le désir. Ensuite sa mère va aller jusqu’à transformer le magasin des suicides en un lieu plein de joie, où Vincent fait des crêpes aux clients, où Lucrèce vend des jus de fruits, et où Alan fait sourire les clients et leur redonnent la joie. Le magasin des suicides s’est transformé en magasin des délices. Et jusqu’au père qui, choqué de tous ces changements, voulant mettre fin à ses jours par désespoir, va être sauvé à son tour par la solidarité familiale et l’aîné des fils qui ira jusqu’à enlever le bandage symbolique recouvrant sa tête quand son petit frère se retrouvera à son tour en position de détresse…

La fin déroutante ajoute au charme de l’ensemble car il semble bien que le destin d’Alan soit limité à la mission que, tel un sauveur, il semble s’être fixée, à savoir redonner le goût de vivre aux siens.

Ce livre est tout à fait passionnant et réjouissant : il situe son histoire dans un monde loufoque pour mieux parler d’un sujet tabou par excellence dans notre société, celui du suicide. Il multiplie gags et scènes d’humour noir pour déjouer nos résistances et finalement faire triompher l’optimisme de la vie, même si la fin, dernière pirouette, montre aussi la fragilité de la vie et du bonheur. Un livre pour rire mais aussi pour méditer sur les petits bonheurs comme rempart à la tristesse et aux idées sombres.

Billet de Gwendoline Barraud, étudiante en B.T.S. Assistant de Management première année

Bibliographie