Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°25)

892_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-25
Une actualité de Marilyn
Publié le 02/04/2014
Billet portant sur Orgueil et préjugés de Jane Austen logocondorcet21432Imaginez-vous plonger au cœur d’une réelle histoire d’amour, sans question d’argent, d’honneur, ou de fréquentation. Presque comme une histoire d’amour parfaite et intemporelle. Nous sommes en Angleterre au XVIIIème siècle. Les mariages ne se font que pour la fortune et l’honneur et non pour l’amour et la passion. Elisabeth Bennett, seconde fille de la famille Bennett, est d’un caractère plutôt moqueur. Elle aime rire, et prend bon nombre de situations pour les tourner en moqueries. Mais c’est aussi une jeune femme indépendante, et sachant délibérément ce qu’elle veut. Après un refus à la demande en mariage de son cousin Mr Collins, héritier de toute la fortune de son père, et un début de romance avec l’officier Wickham, Elisabeth prétend haïr Mr Darcy, qu’elle rencontre lors d’un bal quelques mois plus tôt, puisque c’est un homme orgueilleux, se sentant supérieur aux autres de par sa fortune. Dès lors, l’orgueil passe au-dessus de tout, amenant néanmoins à de nombreux préjugés. Cela faisait plusieurs mois que j’avais acheté Orgueil et Préjugés de Jane Austen. J’avais lu le résumé et les deux premières pages. Et j’ai fini par le lire, vraiment. C’est un peu le genre de roman dont on ne peut absolument pas se détacher. Les personnages sont réellement attachants, surtout les deux principaux héros, Elisabeth Bennett et Mr Darcy, mais on s’intéresse beaucoup aussi à toute la famille Bennett, qui nous donne le sourire à chacune de leurs interventions : une mère voulant à tout prix marier ses cinq filles, et souffrant de maux imaginaires, un père assez ironique, deux jeunes sœurs manquant totalement de décence… Un réel décalé avec la « Haute société » anglaise dont font partie bon nombre de personnages, notamment Mr Darcy. L’histoire garde un ton romantique tout le long, mais avec beaucoup de passages dénués de comique. Bien qu’étant un « classique », Orgueil et Préjugés se lit réellement facilement, et rapidement. Parfois, on rêverait presque de se trouver à la place des personnages, tant l’histoire d’amour est inconditionnellement magnifique. Après tout, on a tous rêvé au moins une fois dans notre vie, de vivre les mêmes romances que dans nos livres. Billet de Clémentine Marion BTS CI1  

Bibliographie