Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (5e édition - billet n°9)

774_les-lyceens-ecrivent-aussi-5e-edition-billet-n-9
Une actualité de Marilyn
Publié le 06/01/2014

Billet portant sur Quelque chose en lui de Bartleby de Philippe Delerm

Dans ce roman, Philippe Delerm nous narre la vie d’Arnold Spitzweg, un Alsacien qui a quitté son village de Kintzheim pour s’installer à Paris afin de vivre dans l’anonymat. C’est un employé de poste, de classe moyenne, qui adore Paris et n’aime pas les bobos, les cyclistes (qui ont toujours raison),les joggers. Il aime les plaisirs simples de la vie : faire des balades, pique-niquer, boire un café à la terrasse d’un restaurant en lisant son journal, écouter de la musique classique, se retrouver dans le taï-chi. En de nombreux points, il ressemble à Bartleby, personnage de Herman Melville, un commis aux écritures new-yorkais qui répond quand il doit faire une tâche inhabituelle : « je ne préfèrerais pas ».Tout comme lui, Arnold est spectateur et non acteur de la vie. Il n’a pas perdu l’essentiel des choses, prend le temps de les contempler. Il vit seul depuis de nombreuses années bien qu’il ait eu une liaison avec sa collègue, Clémence Dufour. Cette dernière l’a initié à l’informatique, lui qui n’y était pas très réceptif. Mais Arnold, contre toute attente, crée son blog qu’il baptise « antiaction.com ».Ce nom lui correspond bien. Ce dernier a énormément de succès et on parle de lui à la radio, la bouchère le reconnaît. Un éditeur propose même de le publier. Grâce à ce blog, il retrouve Hélène Necker, la seule fille qu’il ait aimée. Quelle est la réaction d’Arnold face à cette notoriété, lui qui voulait être transparent ? Ce succès phénoménal ne va-t-il pas à l’encontre de sa philosophie contemplative, ne le met-il pas en contradiction avec lui-même ?

Rentrer dans cette histoire demande un certain effort. En effet, le rythme de ce livre est assez lent, ce qui est en contradiction avec le monde dans lequel nous vivons, où nous en prenons plus le temps. Il nous oblige donc à « faire une pause » et nous amène à nous interroger sur notre frénésie habituelle qui nous prive parfois de la saveur des petits riens de la vie. Par ailleurs, cette œuvre traite aussi du phénomène d’Internet et plus particulièrement du blog. C’est un journal intime qui aborde différents sujets, Arnold y fait part de ses observations, de sa façon de voir la vie. Ce mode d’expression  a un réel succès. L’auteur nous explique quels peuvent en être les différents sujets mais aussi les enjeux.

Ce livre fait du bien !!!Philippe Delerm, nous déconnecte un peu de la réalité agressive à force d’être trépidante ? On visite les petites rues de Paris avec Arnold, on voyage avec lui, on laisse libre cours à son imagination. Cet ouvrage nous démontre aussi que dans ce monde où nous cherchons à nous exprimer toujours plus et être reconnu, la solitude et le silence sont un luxe enviable.

Je le recommande vivement à tous !

Billet de Marie-Hélène Djakouré, étudiante en B.T.S. Assurance

Bibliographie