Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (6ème édition – billet n°31)

1386_les-lyceens-ecrivent-aussi-6eme-edition-billet-n-31
Une actualité de Marilyn
Publié le 08/04/2015
Billet portant sur Andromaque de Jean Racine logocondorcet214328 Andromaque est une pièce de théâtre écrite par Racine qui date du XVII siècle, elle fut représentée à la cour du Roi Louis XV. Cette pièce raconte l’histoire d’une tragédie, qui a lieu lorsque le Roi Pyrrhus fait d’Andromaque sa prisonnière après la mort de son mari, Hector et la prise de Troie. Hermione qui est censée épouser Pyrrhus se voit donc humiliée lorsqu’elle apprend qu’il aime en fait Andromaque. Mais Andromaque n’aime pas Pyrrhus puisqu’elle est encore dévastée de la mort de son mari, elle ne peut pas le trahir en aimant un autre homme. Oreste, ambassadeur est envoyé par le père d’Hermione afin de s’assurer que Pyrrhus fasse le bon choix en épousant sa fille mais il ne peut pas car lui-même aime Hermione. C’est donc avec ce mélange de passions et de furies amoureuses que la pièce va se dessiner mêlant drames, surprises et coups de théâtre. Andromaque est une pièce de théâtre si intense  qu’elle nous fait rester bouche bée. Aussi majestueuse qu’un château, elle nous fait plonger dans un autre monde qui parait si réel qu’on n’en croit pas nos yeux. Le fait de la lire en livre est encore mieux, ainsi on peut examiner chaque détail qui y est énoncé et on s’imagine les scènes grâce à notre propre imagination. Les personnages sont si fascinants, chacun a sa propre personnalité. Entre l’orgueil d’Hermione, l’amour fou d’Oreste, le Pyrrhus manipulateur, et j’en passe, on est plongé dans un monde sans merci qui ne pense qu’à ses propres intérêts. Chacun essaye de parvenir à son but et ils font tout pour comme Hermione qui demande à Oreste de faire une horrible chose à cause de son humiliation « Madame : Il ne mourra que de la main d’Oreste » vers 1250. De plus, on parle là d’une pièce qui est tragique et étonnante. Le vocabulaire de Racine est si spécifique et minutieux qu’il ne laisse rien au hasard. Chaque rime écrite et dite exprime une émotion, les mots dans cette pièce ont du caractère, ils parlent, ils nous parlent plus précisément. Ils expriment tous l’amour, ou encore la haine, la passion amoureuse, toutes ces émotions en même temps, mélangées ensemble « colère », « haine », « amour ». Enfin, cette pièce est révélatrice de soi-même. Elle est tel un miroir, une glace dans laquelle on se regarde. Elle montre notre reflet, nous permet de nous poser des questions sur soi-même. Car cette pièce révèle en fait que, nous aussi, nous pouvons être comme les personnages de l’histoire ! Nous aussi, nous pouvons arriver à faire des choses horribles pour nos intérêts. La pièce montre et reflète finalement que l’Humain n’a pas forcément de limites, qu’il peut aller très loin si son égo, si ses émotions sont touchées. Cela montre que lorsqu’on tient à quelqu’un, on est prêt à tout, n’êtes-vous pas d’accord ? Et c’est bien ce que cette pièce nous montre, elle nous fait passer un message car on peut s’identifier aux personnages. L’époque, le vocabulaire qui est différent ne change absolument rien aux personnes d’aujourd’hui ! C’est justement ce qui est magnifique et étonnant avec cette histoire, c’est que ça nous montre que quelle que soit la génération, cela ne change rien au final. Racine nous dit que la haine et l’amour sont deux sentiments qui sont proches, il n’y a qu’un pas pour passer de l’un à l’autre. C’est un jeu dangereux ! Cette histoire est tellement débordante qu’on ne peut s’en lasser. Aussi belle qu’une fleur, aussi lumineuse que le soleil mais en même temps aussi sombre que la nuit. Son obscurité est contagieuse, on s’y plait, on aimerait faire partie de la pièce. On s’y soumet. Benaïssa Télida

Bibliographie