Chargement...
Chargement...

Les lycéens écrivent aussi (7ème édition – billet n°7)

1727_les-lyceens-ecrivent-aussi-7eme-edition-billet-n-7
Une actualité de Marilyn
Publié le 04/01/2016
Billet portant sur Réparer les vivants de Maylis de Kerangal kerangallogocondorcet214328Dans « Réparer les vivants », Maylis de Kerangal nous plonge dans 24 heures remplies d’émotions. Cette histoire, à la fois touchante et intense, nous montre une course contre la montre, une course à la vie, dans laquelle un jeune homme que les médecins ne peuvent sauver, pourra permettre, grâce à ses organes, la renaissance de personnes dont la vie est menacée. C’est un livre remarquable par son intensité, qui se lit d’une traite tellement on est « happé » par une écriture de l’urgence. Nous sommes plongés dans le monde de la médecine et du don d’organes, nous vivons quasiment en direct toute cette mécanique qui se met en place pour sauver des gens suite à la mort cérébrale d’un individu. C’est cette chaîne humaine qui nous est décrite avec autant de précision que de profondeur. Pour tous les personnages qui se trouvent impliqués dans cette aventure (personne décédée, les parents de cette dernière, l’équipe médicale, le malade susceptible de recevoir la greffe…), M. de Kerangal prend le temps de nous décrire leur personnalité, leur réflexion, leurs conflits internes parfois, les émotions qui les traversent et au centre de toutes les préoccupations : le cœur de Simon Limbres. M. de Kerangal donne également beaucoup de profondeur à son histoire en décrivant méticuleusement les interventions médicales, elle nous emmène dans cette épopée littéraire remplies de détails, permettant de rendre cette histoire plus que réaliste et permettant de nous imaginer et de nous mettre à la place de ces personnes, et de ressentir les émotions qui se dégagent de cette œuvre hors du commun. On la lit d’une traite tellement on est pris à la gorge par l’urgence de la situation, son caractère à la fois dramatique et profondément humain. L’unité de temps, très courte puisque tout se passe en moins de 24 heures, rappelle celle d’une tragédie et donne au récit un tempo haletant, facilitant l’immersion totale du lecteur dans cette aventure palpitante. Celle-ci reste gravée dans l’esprit après sa fin et nous amène à réfléchir sur un thème de société qui nous concerne tous et qui est celui du don d’organes. Voilà un livre d’une grande richesse qui instruit tout en captivant son lecteur embarqué dans cette aventure hors du commun, il faut vraiment le découvrir. Billet de Adrien Lasnier, étudiant en B.T.S. Assurance 

Bibliographie