Chargement...
Chargement...

Sobibor de Jean Molla

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 04/06/2014
Emma a 17 ans, et elle est anorexique. C'est un sujet difficile à traiter, et certains livres peuvent facilement tomber dans le voyeurisme. Pourtant, Jean Molla nous entraîne dans l'enfer d'Emma avec les mots qu'il faut. Son mal être, sa douleur, le rejet de son propre corps. Tout commence avec la mort de sa Mamouchka, sa grand-mère adorée, et avec la découverte d'un mystérieux journal tenu par un certain Jacques Desroches. Emma y découvre peu à peu un terrible secret qui pèse sur ses grands-parents, mais qui va surtout devenir son fardeau. On suit alors Emma, qui se coupe peu à peu du monde, de la vie qu'elle menait. Plus de copain, plus de dialogue avec ses parents, plus rien. Elle tombe dans les affres de l'anorexie et se laisse mourir à petit feu. Les descriptions de son corps sont effroyables, et certains passages sont à la limite du soutenable. Emma est physiquement et psychologiquement détruite. Le lecteur souffre avec elle. L'histoire d'Emma nous prend aux tripes, et j'ai eu plusieurs fois l'impression de prendre des coups de poing. On comprend alors qu'elle tente de contrôler la seule chose sur laquelle elle a encore de l'emprise : son corps. Elle prend soin d'effacer toute trace de féminité, dans le but de retrouver un corps d'enfant. C'est sa façon de retrouver l'innocence qu'elle a perdu en ouvrant ce carnet. Ce sont les secrets, gardés par ses grands-parents, qui la détruisent progressivement. Et quels secrets. Le fameux journal raconte l'histoire de Jacques Desroches, un français collaborateur, engagé dans l'armée allemande et affecté au camp de Sobibor, en Pologne. Ce français qui adhère aux idées nazies, son souhait de voir les juifs disparaître, et surtout sa participation à leur extermination. De là, comment comprendre qu'un homme ait pu participer à de telles horreurs. Comment concevoir que, pendant que des millions de juifs se font assassiner, ses grands parents vivent heureux, amoureux, au sein même du camp ? C'est impensable, pour Emma, comme pour nous. Et c'est ce qui la ronge, ce qui va la pousser dans ses retranchements les plus extrêmes. Jean Molla trouve les mots justes pour nous parler de deux thèmes difficiles. Ce roman est le combat d'Emma contre l'anorexie. Emma, dont l'histoire est liée à un camp, Sobibor, à une femme, Eva, et à des secrets de famille. C'est un livre percutant, poignant. A lire absolument. Johanna MARRUEDO