Chargement...
Chargement...

Terre ceinte, de Mouhamed Mbougar Sarr

no_media
Une actualité de Administrateur
Publié le 20/04/2016
Lauréat du Grand Prix Ahmadou Kourouma 2015 au salon du livre africain de Genève, TERRE CEINTE est l’œuvre d’un jeune sénégalais de 25 ans. Dans son premier roman, Mouhamed Mbougar Sarr, nous plonge dans le cœur d’une petite ville  sahélienne, sous le joug des islamistes radicaux qui font régner la barbarie et la fureur. Dans la vile de Kalep , contraction entre Kidal au Mali et Alep en Syrie , deux jeunes sont exécutés pour avoir entretenu une relation amoureuse mais des résistants tentent de s’opposer farouchement en publiant un journal clandestin. « "Il n’y a de véritable courage que survivre, lutter contre la pulsion de mort, ne céder ni au désespoir qui conduit au suicide, ni à l’égoïsme qui conduit à la trahison des autres ».Le thème est d’une actualité brulante malheureusement mais c’est rendre un mauvais service à un roman ou à une œuvre littéraire que de l’enfermer dans un thème .Pour paraphraser Jean D’Ormesson, l’historien s’occupe du temps qui est passé, le journaliste du temps qui passe et de l’écrivain du temps qui dure. Dans un récit époustouflant « Je me m’appelle Sadobo.Votre lettre m’a fait du bien, vous répondre pour me dire que je ne suis pas morte …», l’écrivain nous montre que chacun se lève, se bat ou abandonne pour des raisons différentes. Ce livre est certes lié à l’actualité mais souhaite pas tenir les émotions du lecteur en captivité ou en otage. Au-delà de la fierté et de la grande satisfaction que procure le livre, TERRE CEINTE met en relief les différentes vérités relatives qui mutuellement, se contredisent ou se complètent selon les contextes. A travers une narration digne d’un grand romancier, cet ouvrage permet d’élever une histoire qui peut être localisée, repérable dans le temps et dans l’espace et créer une forme d’universalité. Satigui Cire Sow